IMGP5364

Bac... Song Can Tho... Can Tho... Vietnam

 

Cet article il est pour Annick ma grande sœur, bibliothécaire à St Lô dans La Manche, une amoureuse des livres depuis toujours. Moi je lisais des BD (Il y en a d’excellentes d’ailleurs, au niveau du dessin et pour les histoires…) et je ne suis pas sûre qu’elle s’en souvienne, mais un jour elle a parlé de Duras, ce devait être lors d'un repas en famille, j’ai acheté mon premier livre « Le marin de Gibraltar » et je suis partie en vacances chez mes grands parents dans le sud de la France... Je l’ai lu d’une traite, sans dormir et sans manger… Puis je suis allée chercher « Le barrage contre le pacifique » et j’ai fait la même chose… Après je me suis remise à manger et à dormir et j’ai lu tout le reste, presque, jusqu’à « l’Amant ». Depuis j’en ai lu pleins d’autres et je lis aussi les livres qu’Annick me propose et c’est bon de partager cela… Vous trouverez deux listes dans l’onglet « Culture » de ce blog… De très beaux livres… J’ai adoré « Corps et Ames »  et « Les chaussures italiennes » et les autres aussi. Merci de m’avoir offert ces beaux moments de lecture… Gros Bisous… Ta petite sœur…


J’ai aussi une belle pensée pour Sylvie, la libraire des « Mots et des Notes » de Genève… Qui aime aussi Marguerite Duras et qui permet à tous ceux qui le souhaitent de conjuguer livres et musiques… Allez lui rendre visite si vous passez dans le coin, une passionnée…

 


Sur les pas de

Marguerite DURAS

 

 

Vietnam-6529.JPG

 

Je suis arrivée au Vietnam par le sud… J’ai passé la frontière à Ha Tien et j’ai pris un bus pour Long Xuyen… Personne ne vous en parlera de cette ville, elle n’est sur aucun guide et n’est absolument pas touristique, je n’y ai croisé aucun occidental, ce qui m'a valu un grand moment avec une petite fille qui ne m’a pas lâché du regard pendant  que je me dépatouillais avec ma cuillère et mes baguettes que l’on m’avait appris à utiliser depuis peu.

 

Vietnam-6570.JPG

Je mange comme eux et avec eux et j’adore ça… J’ai été super bien accueillie partout, ils sont souriants et curieux de vous et ils aiment vous voir essayer de vivre comme eux, ils rient de ce que vous leur proposez. Les Vietnamiens sont nombreux, 90 millions d’habitants contre 15 au Cambodge et 6 au Laos, et ça se sent tout de suite… Beaucoup de trafic avec surtout des scooters et de plus en plus de voitures, un pays en pleine émergence, très consommateur de tout.

 

Vietnam-6528.JPG

 

Je pense qu’ils sont même pires que nous dans cette course à la dépense… Des cafés partout et des restos de rue, ils sont aussi nombreux à porter des masques pour se protéger de la poussière, de la clim et des autres…

 

 

IMGP5441

 

Après cette journée d’immersion, je suis partie pour Can Tho. Je voyage comme eux et avec eux et j’adore ça … J’avais réservé un billet mais le taxi ne connaissait pas l’adresse, alors je me suis mise sur le bord de la route et j’ai attendu qu’un mini van pour Can Tho passe, aidée par les commerçants de la rue qui m’ont indiqué le bon véhicule.

 

 Can Tho est situé sur les bords du Song Can Tho, un bras du Mékong dans le Delta… Une ville assez grande, mais son front de fleuve est plutôt calme et là aussi j’ai rencontré peu d’occidentaux, même si c’est un lieu un peu plus touristique. J’ai fait une balade de sept heures sur le fleuve, dans un petit bateau qui s’est aussi faufilé dans les canaux. Là déjà je vivais les écrits de Marguerite Duras, ce fleuve et son bac, ses lumières, cet atmosphère orageuse l’après midi annonçant l’arrivée prochaine de la saison des pluies, les habitants de ce pays et ces silences qu’elle a tellement bien décrit…  

 

IMGP5464

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

IMGP5469

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

IMGP5480

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

IMGP5542

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

IMGP5707

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

IMGP5680

"L'histoire de ma vie n'existe pas. Ça n'existe pas. Il n'y a jamais de centre. Pas de chemin, pas de ligne. Il y a de vastes endroits où l'on fait croire qu'il y avait quelqu'un, ce n'est pas vrai il n'y avait personne." Marguerite DURAS… « L’amant » 


Ensuite je suis allée à Sadec, la ville de sa jeunesse, en arrivant je suis allée visiter la maison de son amant, une maison avec une façade coloniale et un intérieur chinois. J’y ai bu un thé offert par la jeune guide qui parle un français parfait qu’elle a appris à l’école où enseignait la mère de Marguerite Duras…

 

IMGP5878

 

 

 

 

 

 

 

IMGP5900

Le lendemain, j’ai décidé d’aller sur ses pas et de faire le tour de la ville pour imaginer où elle pouvait bien se promener et vivre… J’ai commencé par franchir le Song Sadec sur un petit bac en bois, un autre bras du Mékong qui traverse la ville de Sadec…

 

 

 

IMGP5938

 

 

Sadec est un grand marché et le dimanche les bords de la rivière sont envahis par les marchands en tout genre.

 

 

IMGP5950


J’ai parcouru la petite île, en me perdant un peu dans les rues et en déclenchant quelques sourires  et quelques interrogations sur mon passage, surpris qu’ils étaient de me voir déambuler dans leurs ruelles. Je suis arrivée sur les bords du Mékong


"Je descends du car. Je vais au bastingage. Je regarde le fleuve. Ma mère me dit quelquefois que jamais, de ma vie entière, je ne reverrai des fleuves aussi beaux que ceux là, aussi grands, aussi sauvages, le Mékong et ses bras qui descendent vers les océans, ces territoires d’eau qui vont aller disparaître dans les cavités des océans. Dans la platitude à perte de vue, ces fleuves, ils vont vite, ils versent comme si la terre penchait."...Marguerite DURAS… « L’amant » 

 

 

IMGP5954 - Copie

 

 

 

 

 

 

 

 

IMGP5957


Immense, grandiose, majestueux, impressionnant par sa force et sa présence… Un fleuve charismatique et émouvant… Je l’ai écouté, longé et observé courir vers la mer et j’ai pensé à tous ces moments qu’elle avait passé là, ce qui allait quelques années plus tard déclencher cette façon d’écrire, cette façon de nous raconter cette histoire, ces livres qui m’auront appris à lire. Et je comprends mieux aujourd’hui pourquoi elle a eu envie de nous le raconter…

 


 

IMGP6015.JPG

 

Ces paysages se partagent, ces sourires aussi, ce fleuve qui vous envahi par son rythme et ses silences ne peut que donner envie d’écrire des histoires voguant vers les océans pour s’y perdre et s’oublier…

J’ai continué le long du fleuve pour aller jusqu’au bac qui traverse toujours le Mékong vers la route de Saigon (Ho Chi Minh).

 

 

IMGP5918


Je suis revenue ensuite vers la ville pour aller écouter le son des enfants de l’école, celle de sa mère où elle venait aussi quand elle n’était pas au pensionnat de Saigon… J’ai retrouvé les images du film, et je me suis souvenue du grand nettoyage avec les sauts d’eau…

 

 

IMGP6093.JPG

 

Et puis je suis rentrée vers l’hôtel… Au retour je me suis arrêtée dans un petit resto de rue où j’aime manger comme eux… Riz et porc au miel, un peu épicé avec un bouillon de légumes…

 

IMGP6102

 

Et là j’ai vécu un moment de vie avec ces femmes qui bossent pour un jour avoir accès à tout ce qui les fait rêver… Ces sourires et ces échanges chaleureux, je m’en souviendrai toute ma vie, comme ceux qui m’ont été offert au Cambodge…

Il parait que dans le nord Vietnam, ils sont plus froids moins conviviaux, mais ce n’est pas cette fois que je le vérifierai…

 

 

Ho-Chi-Minh 6749

 

Je suis à Saigon depuis deux jours (Ho Chi Minh), ville vivante et en même temps qui offre des endroits calmes dans ses petites ruelles où j’ai trouvé un lieu paisible et lumineux.

 

 

Ho-Chi-Minh 6751Joueurs de dominos... Ho Chi Minh (Saigon)...Vietnam

 

Je vais rester là jusqu’à mon départ le 20 mai prochain, pour faire quelques rencontres pour les écoles et préparer mon prochain vol vers l’Afrique…  J’ai déjà un rendez-vous lundi avec un Michel Le Gall… Un nom qui va résonner dans le cœur de Roger (Mon adorable père)… Et puis il m’a invité la semaine prochaine à une soirée bretonne au centre culturel français de Saigon… Je vais aussi continuer à suivre les pas de Marguerites Duras et de son amant même si elle disait…


"Pour les souvenirs aussi c'est trop tard. Maintenant je ne les aime plus. Je ne sais plus si je les ai aimés. Je les ai quittés. Je n'ai plus dans ma tête le parfum de sa peau ni dans mes yeux la couleur de ses yeux. Je ne me souviens plus de la voix, sauf parfois de celle de la douceur avec la fatigue du soir. Le rire, je ne l'entends plus, ni le rire, ni les cris. C'est fini, je ne me souviens plus..." Marguerite DURAS… « L’amant »

Je vais essayer de vous faire profiter de cette ville que j’aime beaucoup et que j’ai commencé à découvrir, j’ai un peu de temps alors je vais le prendre, je suis heureuse de finir mon séjour en Asie ici, au milieu de ce peuple qui me donne aussi l’espoir d’échanges et de paix… Se rencontrer et se sourire, pour mieux communiquer et s’apprivoiser… Nous avons des choses à nous dire et à partager, nous avons un monde à préserver et à construire ensemble et même si aujourd’hui ils foncent la tête la première vers les schémas que nous leur avons proposés, ils ressentent aussi la crise et c’est pour cela que nous devons imaginer cet autre monde. Pour ceux qui auront à le vivre et à lui donner le sens de la vie, de toutes formes de vie…

 

Merci à tous et à bientôt…

 

 

 

 

 

 

logo 2   carte visite christele  FSCF-LOGO-loireatlantique1      Logo       maplemuse-large

 

 

 

 

 

 

 

 


Retour à l'accueil