Symphony N°3 en A Minor Op 56 "Scottich"

MENDELSSOHN

 

C'est la question que j'ai posé à ma soeur Annick qui est bibliothécaire, et qui a eu la bonne idée de faire une étape à Nantes en revenant de Barcelone. Après avoir fini le magnifique bouquin "CORPS ET AMES" de Frank CONROY vous vous poserez certainement la même question. Quand on lit ce genre de bouquin on a surtout pas envie de le finir et on ne sait plus quoi lire après. Comme je vous ai déjà proposé le concerto pour deux pianos de Mozart dont il parle avec force dans ce livre, j'ai préféré vous proposer la symphonie "Scottich" de Mendelssohn. Les 16 premières mesures de ce morceau avaient été écrites trente ans avant qu'il ne compose vraiment cette symphonie. C'est un peu comme " Les mémoires d'Hadrien" de Yourcenar, elle a aussi mis trente ans avant d'écrire ce livre.

 

9782070314393.gif 

 

A New York, dans les années quarante, un enfant regarde, à travers les barreaux du soupirail où il est enfermé, les chaussures des passants qui marchent sur le trottoir. Pauvre, sans autre protection que celle d'une mère excentrique, Claude Rawlings semble destiné à demeurer spectateur d'un monde inaccessible. Mais dans la chambre du fond, enseveli sous une montagne de vieux papiers, se trouve un petit piano désaccordé. En déchiffrant les secrets de son clavier, Claude va se découvrir lui-même : il est musicien. Ce livre est l'histoire d'un homme dont la vie est transfigurée par un don. Son voyage, à l'extrémité d'une route jalonnée de mille rencontres, amitiés, amours romantiques, le conduira dans les salons des riches et des puissants, jusqu'à Carnegie Hall. Le jazz en musique de fond.

 

C'est un bouquin à lire absolument. C'est un bouquin enthousiaste comme on en lit tous les 10 ans et dont on se souvient toute sa vie... Merci Lyli pour la découverte...

 

Du coup Annick (Ma frangine bibliothécaire) m'en a conseillé plusieurs et je partage ces quelques conseils littéraires avec vous. Ce ne sont pas forcément des livres de vacances, ni des livres récents et en plus apparemment ce sont même un peu des pavés, mais quand un livre nous passionne en général, les nuits n'y suffisent pas... Et puis ils sont intemporels...

 

9782228894012.gif

 

L'USAGE DU MONDE de Nicolas BOUVIER

 

L'Usage du monde est un livre de Nicolas Bouvier, avec des illustrations de Thierry Vernet, paru en 1963.

Récit du voyage effectué par les deux amis de la Yougoslavie à l'Afghanistan, entre juin 1953 et décembre 1954. La route, effectuée en Fiat Topolino, les mène de Belgrade jusqu'à la Turquie, l'Iran (où ils passent l'hiver 1953-1954, à Tabriz), le Pakistan (dont une longue halte à Quetta), et l'Afghanistan (ils se séparent à Kaboul, le récit de Nicolas Bouvier continuant jusqu'à la passe de Khyber). Pour gagner le peu d'argent nécessaire au fil du voyage, Thierry Vernet vend des peintures et Nicolas Bouvier écrit des articles pour des journaux suisses ou autres, fait des conférences, donne des cours de français.

Cet « ouvrage-culte » de Nicolas Bouvier, tel qu'il a été défini par le magazine Lire1 est à la fois un récit de voyage et une invitation à l'émerveillement au gré des flâneries de l'auteur. Dans ce livre se retrouvent déjà les principaux thèmes qui reviendront dans les œuvres suivantes (Chronique japonaise, Le poisson-scorpion ou encore le Journal d'Aran et d'autres lieux) : le voyage comme invitation au décentrement, à se rendre disponible et ouvert au monde extérieur, à en grapiller « les miettes », selon l'expression de Bouvier et à se laisser remodeler par lui.

 

9782020301091.gif

 

SMILLA ET L'AMOUR DE LA NEIGE de Peter HOEG

 

Roman de Peter Høeg, publié au Danemark sous son titre original Frøken Smillas fornemmelse for sne en 1992 puis édité en France par les éditions du Seuil en 1995 sous le titre Smilla et l'amour de la neige. Smilla Jaspersen, métisse danoise et groënlandaise, est une femme libre, indépendante et rebelle. A Copenhague, un peu avant Noël, un garçon groënlandais se tue en tombant du toit de son immeuble. La police conclut à un accident. Smilla, qui s'était prise d'affection pour l'enfant, ne croit pas à cette thèse. Elle connait la neige et sait la faire parler. Les traces laissées sur le toit par le garçon lui racontent une autre histoire. Elle se lance alors dans sa propre enquète aidée par un de ses voisins, mystérieux et aux motivations troubles, qui la mènera jusqu'au désert glacé du Groënland où elle découvrira un terrible secrêt. Parmi ceux qu'elle interroge, beaucoup tenteront d'étouffer l'affaire, de l'intimider, voire de l'éliminer…

 

9782757821626.gif

 

LES CHAUSSURES ITALIENNES de Henning MANKELL

 

A soixante-six ans, Fredrik Welin vit reclus depuis une décennie sur une île de la Baltique avec pour seule compagnie un chat et un chien et pour seules visites celles du facteur de l'archipel. Depuis qu'une tragique erreur a brisé sa carrière de chirurgien, il s'est isolé des hommes. Pour se prouver qu'il est encore en vie, il creuse un trou dans la glace et s'y immerge chaque matin. Au solstice d'hiver, cette routine est interrompue par l'intrusion d'Harriet, la femme qu'il a aimée et abandonnée quarante ans plus tôt. Fredrik ne le sait pas encore, mais sa vie vient juste de recommencer.

 

9782757802038.gif

 

SARNIA Gerald Basil EDWARDS

 

Gerald Basil Edwards ou G.B. Edwards, né à Guernesey en 1899 et mort en Angleterre à Weymouth en 1976, est un auteur britannique à qui l'on doit un seul livre, son roman Sarnia, publié en 1981 en Angleterre cinq ans après sa mort sous le titre The Book of Ebenezer Le Page1.

 

9782841115396.gif

 

L'AUTRE FILLE Anne ERNAUX

 

Annie Ernaux passe son enfance et sa jeunesse à Yvetot, en Normandie. Née dans un milieu social modeste, de parents d’abord ouvriers, puis petits commerçants, Annie Ernaux fait ses études à l’université de Rouen. Elle devient successivement institutrice, professeure certifiée, puis agrégée de lettres modernes. Au début des années 1970, elle enseigne au collège d’Evire à Annecy, puis à Pontoise, avant d'intégrer le Centre national d'enseignement à distance

En 1984, elle obtient le prix Renaudot pour un de ses ouvrages à caractère autobiographique, La Place.

Très tôt dans sa carrière littéraire, Annie Ernaux délaisse la fiction pour se concentrer sur le matériel autobiographique que constitue son enfance dans le café-épicerie parental d’Yvetot. Mêlant expérience historique et expérience individuelle, ses ouvrages dissèquent l’ascension sociale de ses parents (La Place, La Honte), son adolescence (Ce qu’ils disent ou rien), son mariage (La Femme gelée), son avortement (L’Événement), la maladie d’Alzheimer de sa mère (Je ne suis pas sortie de ma nuit), puis la mort de sa mère (Une femme), et son cancer du sein (L’Usage de la photo, en collaboration avec Marc Marie). Elle écrit sur la langue du monde ouvrier et paysan normand qui a été le sien jusqu’à ses dix-huit ans.

En 2008, son roman Les Années, vaste fresque à l'intersection de l'intime et du collectif, est récompensé par le Prix Marguerite Duras, le Prix François Mauriac et le Prix des lecteurs du Télégramme2.

L'Autre fille, publié en 2011, est une lettre adressée à la sœur de l'auteur, décédée avant sa naissance.

En outre, un prix littéraire dont elle est la « marraine » porte son nom : le Prix Annie Ernaux.

 

 

Et un dernier, mais en fait trois...

 

 

9782264047489.gif  9782264041449.gif  9782264041456.gif 

 

LA CHAMBRE AUX ECHOS  Richard POWERS

 

C'est un peu comme si, pour emprunter une métaphore footballistique usée, chaque nouveau roman de Richard Powers le plaçait d'emblée en quart de finale d'une imaginaire Ligue des champions des romanciers contemporains. Le Temps où nous chantions, publié il y a deux ans, était déjà l'un des romans contemporains les plus accomplis jamais écrits sur la musique. Avec La Chambre aux échos, Powers a choisi d'explorer ce qui est peut-être l'une des dernières grandes inconnues scientifiques aujourd'hui : le cerveau humain. Il le fait avec brio dans un livre qui, en dépit de sa complexité, tient d'un bout à l'autre le lecteur en haleine.

Mélomane confirmé et musicien (il chante et joue de plusieurs instruments), Richard Powers a habitué ses lecteurs à une virtuosité (certains la jugent froide et distanciée) qui peut paraître intimidante. Ses thèmes de prédilections sont si divers qu'on aimerait pouvoir lui reprocher une certaine dispersion : musique, génétique, physique, intelligence artificielle, photographie (l'étonnant Trois fermiers s'en vont au bal, chez le même éditeur). Mais le reproche ne tient pas face à la densité de ses livres, leur sérieux, leur application. La même rigueur se retrouve dans cette Chambre aux échos, qui traite de l'ultime frontière de l'humain, la neurologie. On apprend beaucoup, c'est vrai, des livres de Richard Powers ; non seulement du fait des connaissances qu'ils contiennent, mais aussi - et c'est peut-être là le plus important dans son oeuvre - parce que Powers est un artiste lucide capable de formidables intuitions.

 

Voici donc quelques livres humanistes et voyageurs, sujets préférés de la blogueuse.

On n'est jamais aussi bien conseillé que par des gens compétents...

N'hésitez pas à faire des commentaires sur vos impressions et si vous avez déjà tout lu, Annick devrait pouvoir nous en proposer d'autres... On pourrait aussi envisager une lecture à haute voix de certains passages... Merci pour ta passion littéraire partagée...

 


Retour à l'accueil