BOMBINO

Tar Hani

Album: AGADEZ

Concert 14 juillet 2012 Nantes

Groupe de rock Touareg...

Métissé de rythmes traditionnels berbères

Quand les cultures se mélangent...

 

 

 

 

voyage-1.jpg

 

 

Je me demandais ce que j'allais vous proposer comme article avant cette pause estival et puis finalement il est venu à moi logiquement un matin...

 

Le voyage évidemment...

 

Pourquoi voyageons nous, qu'est ce qui nous donne envie d'aller voir ailleurs ?

Tout le monde ne voyage pas, par manque de moyens, mais aussi parce qu'il y a des gens que cela ne tente pas... Ils vous disent d'ailleurs souvent que leur voyage imaginaire est largement suffisant et qu'ils ne ressentent pas le besoin d'aller voir plus loin...

 

Alors pour ceux qui voyagent...

 

Et vous, vous allez où cette année ? Et vous savez pourquoi vous voyagez ?

Lisez tranquillement ces deux articles entre deux barbecues, deux bains, deux randos, ou deux escales... Vous devriez vous y retrouver, parce que finalement l'être humain voyage depuis toujours, mais a t'il vraiment tout découvert dans ses voyages... Aujourd'hui il y cherche certainement autre chose qu'il y a quelques milliers d'années... Allez savoir ?

 

Très bonnes vacances à tous, on se retrouve aux alentours du 15 août...

Profitez en pour refaire le tour du blog, il y a forcément des articles qui vous ont échappé...

Parce que la prochaine années scolaire va être riche d'infos et d'aventure...

 

 

 

 

 

 

 

L'Imaginaire du voyage...

Revue Sciences humaines

 

 

Pourquoi voyage-t-on ? Que cherche-t-on dans le voyage ? C’est à cette question simple, et pourtant rarement posée, que ce dossier s’attelle. Au-delà des statistiques officielles, il s’agit de sonder les motivations profondes du voyageur, et de voir ce qu’elles nous apprennent de l’être humain et de la société.


D’Homo erectus à Homo numericus, il en ressort que l’imaginaire est un puissant moteur du voyage. On part pour fuir la banalité du quotidien, pour troquer ses rêves contre des souvenirs, pour convertir ses désirs d’ailleurs en aventures à raconter. Cet « appel du large» se recompose sans cesse en fonction des époques. Nos projets de voyages se reformulent en conséquence. De la marche des randonneurs, de plus en plus nombreux sur les sentiers, aux expériences extrêmes (ascension des sommets de l’Himalaya, traversée des déserts), jusqu’aux transgressions permises à Ibiza ou au Cap-d’Agde, des tendances émergent, signalant une mutation de nos valeurs, de nos psychologies, de nos désirs.


Interroger l’imaginaire du voyage aujourd’hui, c’est aussi questionner la situation inédite dans laquelle se trouve le voyageur contemporain. D’une part, il n’y a plus rien à conquérir ni nulle part où pouvoir se perdre, puisque tous les continents, tous les sommets, tous les déserts sont aujourd’hui connus. D’autre part, il est possible de tout découvrir puisque la planète entière est enfin devenue accessible : l’avion raccourcit les distances ; les nouvelles technologies donnent un accès immédiat aux messages, aux images, aux visages du monde.

 

 

 

Pourquoi voyageons-nous ?   

Le touriste n’est pas cet individu un peu rustre et moutonnier que l’on dépeint si souvent. C’est un voyageur complexe qui transporte avec lui ses désirs et ses rêves. Ses façons de voyager en disent long sur notre société et notre époque. 

L’analyse des pratiques touristiques s’expose souvent à une première erreur, qui consiste à amalgamer le sujet et le phénomène. À confondre ou refuser de distinguer le touriste du tourisme. Ainsi l’observation du voyageur comme personne – avec ses désirs, ses valeurs et ses rêves – disparaît-elle au profit de l’étude du fait de masse: sa quantité, son nombre, ses espaces, ses flux. Au nom de la distance sociologique, de la neutralité statistique ou encore du réalisme marchand, on en vient ainsi à une approche purement comptable des pratiques touristiques: périodes, durées, pourcentages, fréquences, destinations, transports, saisons, hébergements, fréquentations…


Ces approches ont bien sûr leurs utilités. Mais elles ignorent toutes les facettes psychologiques du voyage. Le tourisme ne peut se réduire aux vitrines des voyagistes ni se résumer à l’opinion des guides, hôteliers et autres professionnels du tourisme. Contre cette erreur, il s’agit d’aller ici à la rencontre d’un sujet sans lequel le phénomène touristique ne serait pas. D’explorer la jungle des mythes et imaginaires, représentations et projets qui en découlent. La «carte du tendre» des voyages possibles, leurs tendances, ou la géographie complexe des désirs vacanciers… Pas de tourisme sans touriste. Lapalissade? Sans doute. Mais il semble néanmoins utile de rappeler encore et toujours ce fait malgré tout: «Le voyageur est encore ce qui importe le plus dans le voyage (1)!»



 

Lire la suite de cet article

 

 

 

Homo viator 

L’être humain est un «Homo viator», un éternel itinérant poussé à quitter son sol natal pour aller toujours plus loin. Porté à la fois par son imagination mais aussi par des préoccupations très utilitaires… 


En mars 2012, une équipe de préhistoriens franco-chinoise a publié une étude confirmant une présence humaine très ancienne en Chine. Dans le centre du pays, sur le site de Longuppo (près de Chongqing), des humains ont été datés entre 1,5 et 1,8 million d’années. Cette étude confirme toute une série d’autres découvertes archéologiques menées depuis une dizaine d’années sur l’ancienneté de la présence humaine en Chine (1). Tout semble donc attester que les premiers Homo, apparus en Afrique un peu plus tôt, n’ont pas attendu longtemps avant de quitter leur berceau africain pour partir à la conquête d’autres continents.


Par la suite, d’autres vagues de migration vont partir d’Afrique (2). Ainsi pour s’installer en Australie, les premiers Aborigènes ont dû s’embarquer dans des canots et traverser des bras de mer de plusieurs dizaines de kilomètres. C’était il y a 50000 ans, des milliers d’années avant que les premiers hommes modernes commencent à peindre sur les parois de Lascaux ou de Chauvet. La grande dispersion humaine sur le globe avait donc commencé très tôt. Pour quelles raisons? Quel était le mobile de ces premiers grands voyages?

 

 Lire la suite de cet article

 

 

 

 

 

 

 

 

FSCF-LOGO-loireatlantique1   maplemuse-large      Logo  carte visite christele     logo 2

 

 

 

 

 

 

 

 

 


Retour à l'accueil