Brad MEHLDAU

Don't be sad

Album: Hildway Rider

 

 

A Josée, la Québécoise, que j'ai rencontré à San José au Costa Rica... Merci...

 

 

IMGP8997

Expo à la Maison des Sports de Nantes FSCF 44

 

 

Parfois dans la vie on pourrait faire des choses que l’on ne fait pas.


Pour plein de bonnes raisons, enfin que l’on croit.


Aussi parce que parfois l’on imagine que l’on n’en est pas capable et que d’autres l’ont déjà fait beaucoup mieux que nous.


Parce que l’on a peur de ne pas y arriver, de se tromper, de rater, d’être jugé, de s’engager et de ne pas aller jusqu’au bout. Bref du coup on préfère ne pas le faire.

 

Quand j’ai commencé à penser aux cabanes au Costa Rica, je me suis demandé quel défi j’étais encore en train de me lancer. Pourquoi ça ne s’arrête jamais. Pourquoi à chaque fois que je découvre quelque chose j’ai envie d’aller plus loin. Et puis je me suis dit : « ça doit être ça ta vie. C’est pour ça que toi tu vis. C’est pour ça que toi tu apprends, que tu rencontres les gens et que tu as maintenant envie de construire des cabanes ».

Je n’ai jamais autant aimé ce que je fais qu’aujourd’hui et pourtant je ne touche pas un rond pour tout ça, c’est moi qui continue d’en mettre… Jusqu’à quand ? Je n’en sais rien ?

Et je ne sais pas pourquoi mais je pense que j’ai raison, puisque je suis super bien à le vivre.

 

IMGP8988.JPG

 Quand je pose les photos de l’expo au Lycée Charles Péguy, à la Maison des sports de Nantes, dans le salon de Fabrice et que je les montre à tous ceux que je croise… Je continue de me dire que j’ai fait un sacré voyage et qu’il y a dans ces photos des vies qui vont créer des liens pour donner juste le sens de partager tout cela.


Nous ne sommes rien, mais nous sommes un tout. Rien ne se fera sans nous. Nous avons des ponts à construire et c’est la communication qui est la solution.

 

IMGP8995 

 

Pourquoi j’apprends ?  A quoi ça sert ? Je suis sûre que tu as la réponse Josée...


Je suis rentrée en France depuis presque deux mois et je vis dans une toile. Un contact entraine un autre contact qui entraine un autre contact. L’expo va voyager, je vais devoir en tirer une seconde. Quand je raconte cette histoire, il se passe quelque chose.


Je n’ai peut-être pas encore pris la mesure de ce que j’ai vécu et tant mieux. Je veux continuer à m’en nourrir, à vivre toutes ces sensations, ces émotions, ce que je me suis autorisée un jour, ce vers quoi je suis allée, ceux vers qui je suis allée.


« Rien ne sert de courir il faut partir à point. »


Ceux sont les premiers mots de la conférence. Et j’ai vraiment bien fait de partir et de revenir.


Je passe mes journées à rencontrer des gens. Là je fais une petite pause avant d’aller voir Nicole, la conceptrice de Pépite, la librairie de Sylvie à Genève, Béné à Lyon, Emmanuelle à Marseille. C’est bien les pauses, ça permet de prendre un peu de recul par rapport à ce que l’on vit. J’écris sur le petit ordi qui a fait le tour du monde… Celui qui vous a déjà raconté toutes ces histoires et là, parce qu’il y a plusieurs personnes qui me l’ont demandé, je vais vous parler des cabanes… Celles que vous allez pouvoir m’aider à construire si après avoir lu ce que je vais vous dire, vous pensez que c’est indispensable à nos vies.

 

 

11.JPG

 

Il était une fois cinq cabanes…


Une au Costa Rica, une au Cambodge, une en Afrique du Sud, une au Kenya et une en France.


Cinq cabanes en lien. Cinq cabanes qui Skypent et qui mettent en place des expos sur la culture, l'environnement et l’éducation. Cinq cabanes qui parlent des autres, mais aussi de là où elles sont. Cinq cabanes qui accueillent des jeunes scolaires des cinq pays, des étudiants de passage pour une recherche, des voyageurs autour du monde qui viennent partager leurs expériences et des touristes qui viennent y donner un coup de main pour les jardins, les enfants, et la vie du groupe. Cinq cabanes qui sont gérées par des locaux, qui font travailler des locaux et qui passent dans les écoles du pays.

 

Cinq cabanes qui réfléchissent à :  Pourquoi j’apprends ? A quoi ça sert ?


C’est ça le défi et forcément c’est un truc qui se partage avec tous ceux qui auront envie d’y participer que ce soit financièrement ou en fonction des compétences de chacun. Christine, elle veut juste un lit quand elle passe dans les cabanes et qu’elle vient partager ça avec ceux qui y vivent à ce moment là… Parce qu’elle n’a plus vingt ans et qu’elle se pose de temps en temps…


Une organisation à but non lucratif, qui paye correctement ceux qui y travaillent et qui se nourrit de ce qu’elle produit et qui nourrit aussi un peu les voisins que ce soit intellectuellement ou physiquement. Un lieu qui devient autonome mais qui a besoin d’argent aujourd’hui pour se construire.


Alors je vends les photos sur les lieux d’expo, mais l’on sait très bien que ce n’est pas cela qui va permettre à ce projet de se mettre en place…


Je tente désespérément de contacter nos élus à qui je vais écrire un courrier pour leur expliquer à quel point, rien que sur les premiers jours de mes rencontres avec les écoles ce projet semble avoir du sens.


Bien évidemment nous continuons les échanges avec les écoles, il y aura d’ailleurs un Skype le 14 novembre à St Anne vers 16h entre les jeunes du Costa Rica et ceux du Collège de Rezé… Vous êtes les bienvenus si vous voulez y assister.

 

IMGP8989.JPG

Et puis l’autre soir, après la conférence, il y a Margot… T’as quel âge Margot ? 17 ans ? A la fin de la conférence, qui me dit : J’aimerai voyager comme vous…


Alors je lui ai dit : Tu fumes ?

Elle m’a dit : Non

Moi : Tu t’achètes des fringues le samedi ?

Margot : Oui…

Moi : Alors tu t’achètes moins de fringues, tu rêves d’un pays où tu voudrais aller, tu fabriques une petite boite avec des photos de cet endroit et tu mets l’argent des fringues que tu te serais acheté chaque semaine dans la boite.


C’est ce que j’avais fait quand j’ai arrêté de fumer et qui m’a permis de passer un mois en Polynésie sur le premier Tour du Monde.


Margot un jour, elle viendra avec moi dans une cabane… Juste parce qu’elle en rêve et que j’ai envie de voir son regard quand on va y arriver. Mais vous aussi vous pouvez le vivre ça… Ce n’est pas qu’un truc qu’on voit à la télé… C’est juste un truc que l’on a le droit de s’offrir avec tout ce que l’on gagne et que ceux qui ont envie de vous rencontrer rêvent aussi de vivre…


Avez-vous peur de l’amour ?


Avez-vous peur de ceux qui ont envie de vous accueillir dans ce monde ?


Nous n’irons jamais plus loin que là où nous devons aller… Parce que là où nous devons aller c’est notre vie… Vivez… Votre vie… On vous aimera pour cela, beaucoup plus que vous ne pouvez l’imaginer… Et ne me dites pas que vous n’avez pas besoin d’amour je ne vous croirai pas…


Parfois dans la vie on pourrait faire des choses que l’on ne fait pas…


Alors je vais aller construire des cabanes avec ceux qui voudront les partager… Parce que c’est ça que j’ai envie de vivre...

 

 

Merci à vous et à bientôt…

 

 

 

 

 

 

 


 

 

Retour à l'accueil