Résultat des exercices " Deux cerveaux pour apprendre"

 

Exercice 1: l'homme fait 4 Pas.

 

exercices-cerveau.jpg

 

Exercice 2:

Huits petits cubes seraient peints de 3 côtés, 12 de 2 côtés, 6 d'un seul côté et 1 n'aurait aucun côté peint.

Prenez un Rubiscub et comptez, n'oubliez pas ceux qui sont cachés...

 

rubicube20090211190950.jpg

 

Je n'arrive pas à me décider donc je mets les deux, vous choisirez...

 

Symphonie N°8 "Inachevée" Allegro Moderato

SCHUBERT

 

 

Symphonie N°9 "Du nouveau monde" Adagio Allegro molto

DVORAK

 

 

 

LE VOYAGE IMAGINAIRE

Linda V. WILLIAMS

Extraits  de "Deux cerveaux pour apprendre" 

 

 

Faire des voyages imaginaires, tout le monde le fait, mais peu de gens savent en faire quelque chose. Bien peu d’apprenants découvrent qu’ils peuvent utiliser l’imaginaire en tant qu’outil, et encore plus rares sont ceux qui apprennent à contrôler leur imagination pour la faire fonctionner avec profit. La recherche dans le domaine de la créativité et de la résolution de problème révèle une grande carence de ce côté, car, pour être un adulte créatif et efficace, il faut savoir faire un usage fréquent de l’imaginaire dans de nombreuses situations.


L’imaginaire est la porte qui mène à notre monde intérieur, ce royaume magique où l’imagination crée ses propres réalités, libre des limites que nous impose le monde extérieur. Le temps et l’espace ne posent pas de problèmes à l’esprit. Dans notre monde intérieur, nous pouvons nous transporter en Chine à la seule suggestion du mot, ou nous réduire à la dimension d’un atome pour mieux explorer les microcosmes. L’imaginaire nous permet d’être et de devenir tout ce que l’esprit peut concevoir.


L’un des grands avantages d’utiliser l’imaginaire est la possibilité de se transporter là où il serait impossible d’aller par d’autres moyens. Il n’est pas possible de se déplacer à l’intérieur d’un pétunia mais un voyage imaginaire peut donner l’occasion de « voyager » à l’intérieur de la plante en ayant une expérience directe, personnelle et signifiante de la réalité botanique, et la leçon devient une aventure passionnante. Les voyages imaginaires stimulent la motivation et impliquent les apprenants dans leur apprentissage. Ils permettent à celui qui apprend de changer de point de vue et de découvrir de nouveaux moyens de retenir l’information. Ils provoquent et déclenchent la compréhension au niveau « viscéral » beaucoup plus profond, d’un effet plus durable que celui obtenu par la présentation d’un texte ou d’un cours ex cathedra… Le voyage imaginaire a le pouvoir d’aider certains apprenants à assimiler et utiliser une information restée inaccessible tant qu’elle était présentée dans un langage plus proche de l’hémisphère gauche.

 

Le voyage imaginaire n'est pas seulement un outil pédagogique précieux, mais aussi une technique de réflexion que tout apprenant doit apprendre à utiliser. Ce n'est pas seulement une expérience agréable et motivante, mais une aptitude à transcender par la pensée les limites du monde physique, se projeter soi-même dans quelque chose d'autre, l'explorer mentalement, s'imaginer devenir cette chose; c'est un "savoir-faire" très important pour la résolution de problèmes et les entreprises créatives. L'un des exemples les plus spectaculaires de ce type de démarche mentale est le voyage imaginaire d'Einstein chevauchant un rayon de soleil et le rôle qu'il joua dans sa découverte de la relativité. Chaque fois que l'on utilise l'imaginaire dans une leçon, on s'adresse au moins à deux objectifs pédagogiques: la maîtrise du sujet et la maîtrise d'une importante démarche mentale.


La force de l’imaginaire est qu’il offre les fruits de l’activité du cerveau droit et nous procure les ressources des deux côtés du cerveau. Si vous demandez à des apprenants de trouver un nom, leur réponse proviendra de l’hémisphère gauche. Si vous leur demandez de devenir un nom et de vous dire ce qu’ils ressentent ils feront appel aux ressources de l’hémisphère droit.


Vivre un voyage imaginaire


1-      Choisissez un endroit calme et confortable

2-      Choisissez un moment où vous n’êtes pas bousculé, accordez-vous entre vingt et trente minutes.

3-      Demandez à quelqu’un de lire le texte ou l’histoire pour vous guider sinon vous pouvez l'enregistrer.

4-      Vous pouvez fermer les yeux.

5-      Soyez attentifs et réceptifs aux images, quelques soient leurs formes et avec de l’expérience elles deviendront plus claires et plus nettes. Pour quitter le rêve concentrez-vous sur votre respiration et ouvrez les yeux…

 

Vous pouvez être observateur d'une personne, d’un objet ou d’une situation ou vous identifier à cette personne, cet objet ou cette situation.


Les voyages imaginaires dans lesquels on s’identifie avec d’autres personnes sont assez proches du jeu de rôle et déclenchent, en général la participation mais risquent de produire des réponses stéréotypées qui n’apportent pas grand-chose. Ce problème peut être évité en proposant l’identification avec un objet associé de très près à la personne ou au groupe étudié ; au lieu de devenir le colon, devenir la cabane du colon ou la terre sur laquelle il s’installe. Les exemples qui suivent vous donneront l’occasion de distinguer entre ces deux types d’identification, avec la personne et une chose.


Pour favoriser le voyage imaginaire il est nécessaire dans un premier temps d’apporter quelques ressources dont se serviront les apprenants pour faire leur voyage. Le voyage peut ensuite être raconté ou écrit. Ce livre a été écrit par une américaine, les exemples sont donc en lien avec la culture américaine, mais si ça vous amuse, vous pouvez aussi transposer ces exemples dans une région de France et nous proposer un voyage en nous donnant quelques éléments de contexte.


 

Masscolony.png

 

Bay Colony l'histoire

 

Exercice 1

Vous êtes un colon de la Bay Colony du Massachusetts. Votre famille et vous avez quitté la sécurité relative de la colonie pour habiter une ville nouvelle. Avec d’autres colons, vous avez nettoyé des terres et chacun à construit une petite cabane robuste en bois. C’est septembre, et déjà il fait froid ; vous vous dépêchez de terminer vos préparatifs pour l’hiver avant que la neige ne vous isole dans votre petite cabane. Vous êtes le colon. Dites ce que vous ressentez dans votre nouvelle installation et à l’approche de l’hiver.

 

Exercice 2

Vous êtes la cabane du colon. Vous êtes isolée dans une clairière, loin de la maison la plus proche à des kilomètres de la colonie la plus proche où l’on peut se procurer de la nourriture et des provisions. Vous êtes de dimension réduite et pourtant il va falloir abriter la famille du colon et leurs provisions pendant le long hiver. Devenez cette cabane. Ressentez les premiers soufflent glacés du vent. Que ressentez-vous ?

 

Exercice 3

Vous êtes une parcelle de terre dans la River Valley dans le Connecticut. Pendant des siècles vous avez été recouverte d’épaisses forêts, où vivent toutes sortent d’oiseaux et d’animaux. De temps à autre une tribu indienne campe sur votre emplacement, puis continue son chemin, et ses traces s’effaceront l’année suivante. Mais maintenant des hommes que vous n’avez jamais vus sont arrivés avec des haches pour couper vos arbres et des charrues pour labourer votre sol. L’un de ces hommes a défriché un espace et construit une maison avec les arbres qu’il a abattus. Vous pouvez sentir que l’hiver arrive, vos plantes se préparent pour la longue saison froide. Vous regardez l’homme qui se prépare aussi, en se dépêchant pour terminer sa petite cabane et abriter ses provisions. Devenez la terre. Que ressentez-vous en regardant cet homme et sa cabane ? En le voyant labourer ? Comment votre corps-terre perçoit-il les changements apportés par l’homme ?

 

 

L'évaluation de l'imaginaire


Les techniques qui s'adressent au cerveau droit fonctionnent mieux dans une atmosphère où règne la confiance. Il faut faire savoir aux participants qu'on ne les critiquera pas et qu'ils ne seront pas riduculisés, sinon ils chercheront la sécurité du silence. En fait, lorsqu'on utilise une nouvelle technique, il ne devrait pas y avoir d'évaluation tant que les apprenants n'ont pas eu l'occasion de la pratiquer un certain nombre de fois. Une évaluation faite trop tôt peut amener certains apprenants à abandonner parce qu'ils n'obtiennent pas les résultats qu'ils espéraient.

Tout ceci ne veut pas dire que l'on ne peut pas évaluer un texte écrit ou une expression orale après un rêve éveillé. Il faut établir clairement que c'est le texte écrit ou l'expression orale qui sont évalués et non le rêve imaginaire. Annoncez vos critères clairement et faites valoir que vous évaluez la façon dont l'image est exprimée d'une manière vivante, et non l'image elle-même. Il peut y avoir plusieurs écrits et plusieurs interventions orales avant l'évaluation, l'apprenant peut aussi choisir celui qui sera évaluée.

 

Cet exercice peut aussi permettre de voir quelle perception les apprenants ont d'eux même et les aider à transformer les images négatives en images positives pour leur redonner confiance.

 

Le texte que vous venez de lire n'est qu'un petit extrait du livre... Si vous êtes intéressés par le sujet sa lecture est donc recommandé. Il n'est plus en vente, mais vous le trouverez à la Bibliothèque Universitaire...

 

 


Retour à l'accueil