Pepite 7668

Bonjour à toutes et à tous,


Je m’appelle Pépite, il y en a peut être parmi vous qui ne me connaissent pas bien.

Je voyage avec Christine, nous nous sommes rencontrés fin Août 2012. J’ai été imaginé et conçu par Nicole qui habite dans l’Est de la France et qui a créé un magazine de loisirs créatifs pour les enfants. Tous les deux mois j'y raconte mes aventures. J’ai des copines, Nougatine, Menthalo et Violette qui sont restées là bas. Elles me manquent parfois, on rigolait bien.  On a fait deux skypes pendant ce voyage avec elles.


Je suis un doudou, un jeune singe doudou,  un mélange de plusieurs espèces, je suis métisse. Mais comme beaucoup d’entre nous je pense.


Je suis une peluche pour les enfants, un doudou que l’on tient dans ses bras, que l’on garde contre soi, que l’on trimballe partout, que l’on n’oublie jamais.


Le premier compagnon d’une vie et parfois, quand on grandit, on aimerait tellement que ça continue  et pouvoir  faire la même chose avec les vrais. Parce que moi je ne suis pas un vrai, enfin pas complètement.

 

 

IMGP2113


Christine ça fait longtemps qu’elle n’a plus de peluche et quand je suis arrivé pour partager le voyage avec elle, j’ai bien compris que ça n’allait pas forcément être facile de se balader avec un doudou. Et puis on a trouvé chacun notre place. Nous avons chacun notre rôle dans ce voyage. Nous sommes des compagnons de route. Nos chemins se sont croisés pour que l’on puisse vous faire vivre ce voyage. On sait aujourd’hui pourquoi on est là et pourquoi on vit ça.


Moi aussi j’ai un rôle à jouer, alors je voudrais dire à tous les doudous du monde qu’il est temps aussi que l’on explique aux enfants, que les vrais animaux sont en danger et qu’il va falloir très vite faire quelque chose.


J’ai eu envie d’écrire aux enfants avant qu’ils ne partent en vacances. Certains d’entres eux vont avoir la chance de voyager, les autres on se verra peut être en skype au centre de loisirs. J’ai envie de leur parler de mon voyage et surtout de ce que je ressens. Pas tout le voyage, parce que ça prendrait trop de temps, mais au moins de ce que je vis depuis que je suis arrivé ici, en Afrique.


Depuis le début de ce périple, on vit des choses incroyables avec Christine, des rencontres dans tous les pays, de belles histoires aussi avec les enfants et avec les grands. J’aime bien sa façon de voyager, elle a des rituels avec moi. Quand on arrive quelque part, la première chose qu’elle fait c’est de me sortir du sac. Elle me pose toujours dans un endroit sympa. J’aime bien aussi quand on fait des photos, mais ce n’est pas toujours facile, celles des chutes c’était incroyable et celle d’Elephant Sand. On a regardé les étoiles, on a rêvé à tout ce qu’il est possible de vivre.

 

 

IMGP9757

 

 

 

 

IMGP9507

 

Je sais qu’en ce moment elle est un peu inquiète pour ce monde. Elle écrit beaucoup, elle marche aussi, et elle se pose sur des rochers, pour chercher des réponses. Elle prépare ses futures conférences, j’ai bien envie de les vivre avec elle, mais on verra, pour l’instant on va continuer de vivre ce voyage.


Moi aussi je me pose des questions, des questions de doudou je crois.


Je voudrais savoir pourquoi les hommes n’ont pas voulu vivre avec les animaux ? Enfin avec tous les animaux ?  Pourquoi ils tuent les léopards, les éléphants, les rhinocéros, les lions, pour, leur peau, leurs cornes, leur ivoire ou juste pour le plaisir de la chasse. Pourquoi les hommes détruisent la nature ? Pourquoi ils veulent toujours construire de plus en plus de choses ?

 

 

IMGP2710-copie-1.JPG


Christine me dit que c’est parce qu’ils ont cru qu’ils étaient les plus forts et que la terre leur appartenait. Pour l’argent aussi, surtout pour l’argent.


Depuis qu’elle est arrivée ici elle pense beaucoup à l’origine des hommes, aux Homo Sapiens. A ces espaces, ce temps, ces mouvements du monde. De ce qu’on en a fait.


De jeunes doudous qui font un tour du monde comme le mien, il n’y en a pas beaucoup. J’ai vu un tas de choses, mais ici, comme au Costa Rica et aux temples d’Angkor, il se passe quelque chose.

 

Bonne-Annee.JPG

 

 

 

 

IMGP4639.JPG

Cette nature qui nous porte, qui nous envahie à chaque fois qu’on la retrouve. Nous en avons besoin, moi aussi je le sens et je n’ai qu’une envie c’est de retrouver la  forêt de mon grand père, celle de mes origines, celle où il a vécu, parce que c’est là que je me sentirai bien. Mais en même temps j’ai peur qu’elle n’existe déjà plus, qu’on l’ai détruite et que tous les animaux qui vivaient là aient dû partir dans une autre forêt, où il y a moins de place, moins à manger. D’autres animaux, qui eux aussi auront perdu leur forêt ailleurs. Et alors il n’y a plus assez de place pour eux non plus.


Vous vous souvenez de la forêt du Costa Rica (La forêt éternelle des enfants) qui a été sauvée par les enfants d’une école en Suéde et puis ensuite par des enfants dans 44 pays du monde. Je pense qu’il est temps de refaire quelque chose qui ressemblerait à cela. Mais pas uniquement avec des enfants, avec les grands aussi. Il faut que l’on se rassemble et que l’on mobilise des gens du monde entier pour nous aider à sauver tous ces animaux aussi ici en Afrique.


A Chobe, la veille de notre arrivée, des babouins sont venus agresser des gens du campement d’à coté pour récupérer de la nourriture. Mais les hommes ont volé la terre des animaux et même celle d’autres hommes, en Amazonie, en Australie, en Amérique du Sud.

Si on enlève de l’espace aux animaux pour construire des barrages, ou d’autres maisons, ou des usines, ou des parcs d’attraction. Où vont-ils vivre ? Où vont-ils se nourrir ? Où vont-ils faire grandir leurs petits ?

 

 

IMGP2203

Alors voilà, j’avais juste envie de dire aux enfants, que les doudous c’est bien et si il faut même, gardez les toute votre vie, mais aidez nous à ce que les grands hommes arrêtent de détruire la nature et arrêtent de tuer les animaux, parce que sinon, vous, quand vous serez grands, il ne vous restera plus que les doudous. Et si vous voulez vraiment que l’on y arrive, il va aussi falloir que vous nous aidiez à expliquer tout cela aux grandes personnes et même à vos parents. Parce qu’elles ont oublié d’y penser ces dernières années et parce que si ils ne changent pas un peu leur façon de vivre, nous ne pourrons rien faire.


Christine a un nouveau rêve et j’ai bien l’impression qu’elle est décidée à le réaliser.


Moi j’ai envie de l'accompagner pour ce rêve et j’ai un autre rêve pour elle. C’est que tous les enfants qui auront participé à ce voyage, soient les bâtisseurs de cette belle aventure à venir. Chaque enfant va pouvoir participer à ce projet. Je vous dirai comment en venant vous rencontrer à mon retour.

 

 

Pepite 7668

 


En attendant, je vous souhaite de très bonnes vacances à tous, j’ai hâte de revenir vous voir, et j’espère que d’ici là j’aurai retrouvé la forêt de mon grand père.


Je vous embrasse très fort.


Pépite

 

 

 

 

 

 

 

logo 2   carte visite christele  FSCF-LOGO-loireatlantique1      Logo       maplemuse-large

 

 

 

 

 

 

 

 

 


Retour à l'accueil