IMGP8654

Chacal à dos noir... Park Kruger

 

 

Les animaux n’ont pas de dieux… Sinon ça fait longtemps qu’ils nous auraient tous envoyé en enfer…


Je viens de passer 10 jours dans la nature africaine, au Parc Kruger en Afrique de sud, à Elephant Sand au Botswana, aux chutes Victoria au Zimbabwe, au parc Chobe et à Khana Rhino Sanctury aussi au Botswana 


J’ai vécu des moments très beaux, mais j’ai aussi eu l’occasion d’avoir accès à un parc privé qui est sensé protéger les animaux en danger et à la réserve de rhinocéros du Botswana qui elle protège effectivement les rhinos, il reste 43 rhinocéros au Botswana… 39 blancs et 4 noirs, on les a parqué dans une réserve de 8000 hectares pour les protéger de la contrebande, on les tue pour leurs cornes…


Je reviens avec  un vécu mitigé entre une Afrique sauvage et incroyablement belle et des comportements humains insupportables et à condamner encore et encore… Quand utiliserons-nous notre intelligence à voir ce que nous produisons et à accepter de changer de comportement ? Quand arrêterons nous de fermer les yeux et de se trouver les excuses d’un quotidien trop contraignant et trop lourd à porter pour dire que nous ne sommes pas responsables de tout ce qu’il se passe dans ce monde. Ne rien faire c’est cautionner…

Les animaux n’ont pas de dieux, ils n’ont pas de mines d’or ni de mines de diamants… Ils n’ont pas de frontières, sinon celles de leur habitat naturel et celles aussi qu’on leur a imposé… Les animaux tuent pour manger ou se défendre d’un agresseur, ils vivent de ce que la nature leur propose, de l’espace qu’on leur laisse et que l’on continue de leur prendre… Ils n’ont pas la télé, ils n’ont pas de voitures, ils marchent pour se déplacer…

Quand vous entrez dans ces réserves, on vous parle des « Big five » Les Big five sont un ensemble de cinq mammifères africains mis en relief par les autorités touristiques dans le cadre des safaris photographiques ou de chasse.  Les cinq animaux choisis sont le lion, le lépard, l'éléphant d'Afrique le rhinocéros noir et le buffle d'Afrique.

Ce sont aussi les animaux les plus dangereux…

 

Alors moi je vais en rajouter un « L’homme »… Nous sommes le big one de ce groupe d’animaux… Nous les tuons pour leur peau, leurs cornes, pour montrer à quel point nous sommes bien plus forts… Avec un fusil c’est tellement plus facile… Alors vous allez me dire, que cela ne concerne que très peu de gens qui ont décidé, parce qu’ils avaient l’argent pour le faire, qu’ils pouvaient tout se permettre… Et que vous pour rien au monde vous ne feriez cela… Ne rien faire c’est cautionner… Ne rien dire c’est accepter…

 

Il reste 43 rhinocéros au Botswana… 43… Dont 4 noirs… Ceux les plus rechercher pour leurs vertus aphrodisiaques.


J‘ai vu les "Big five", par chance, dans des lieux et des contextes différents… Un touriste qui revient sans avoir vu ou un léopard ou un lion est un touriste déçu, voir frustré, ce sont les deux les plus prisés, il a payé pour cela, il est là pour les voir…


J’avais envie de commencer cet article par ce constat… Tout n’est pas rose dans ces rapports commerciaux aux animaux en Afrique, c’est aussi une grosse entreprise qui gagne beaucoup d’argent chaque matin à transporter des wagons de touristes qui arrivent du monde entier pour venir découvrir cette nature et tous ces animaux qui fascinent et qui font rêver.

 

Je vais donc vous raconter l’histoire de ces quelques jours, avec tout ce que j’ai vu de beau et qu’il faut préserver et toutes ces dérives qu’il va falloir aussi arriver à arrêter… Un parcours fait de moments magiques et de moments plus tristes… Bienvenue dans le monde du safari…

 

L'ESPACE, LE TEMPS, LE MOUVEMENT... LA RENCONTRE...

 

Ce petit tour s’est décidé très vite un dimanche dans la journée pour partir le lendemain… J’avais prévu d’aller passer quelques jour au Parc Kruger et aussi au Botswana, mais je n’avais rien organisé vraiment, alors ce dimanche là, je me suis décidée à organiser mes déplacements, celui vers Cape Town et les autres… C’est à ce moment là que l’on m’a proposé ces quelques jours dans des endroits différents… Le prix est très vite devenu attractif et la motivation a fait le reste…

 

IMGP1066


J’ai donc préparé mes affaires et le lendemain, le 3 juin, nous avons commencé cette balade pour 10 jours… Je suis partie accompagnée d’Alix qui a eu 20 ans le 5 juin à gauche sur la photo, Kelsey qui a eu 26 ans le 6 juin deux canadiennes anglophones et Karisso au centre, notre chauffeur, guide et cuistot… Nous on faisait la vaisselle et on montait nos tentes…

 

IMGP8001


Nous avons commencé par aller à Kruger… En fait on a commencé par aller voir le Blyde River Canyon, le troisième plus grand canyon au monde, ce n’était pas dans le programme, mais Kelsey en avait très envie et du coup on en a tous profité…

 

IMGP8017

 

On est arrivé au Parc Kruger un peu plus tard que prévu, mais on ne l’a pas regretté.

La première image que j’ai de cette arrivée sur Kruger, ce sont les impalas et le guide qui s’arrête à peine pour qu’on prenne le temps de les photographier…

 

IMGP8089

 

Il explique, il y en a partout, c’est le fastfood du bush, la nourriture des prédateurs… Mais à force de dire qu’il y en a partout et de ne pas s’arrêter vous finissez par ne pas avoir de photos de ces sympathiques herbivores…

 

IMGP8291


Nous étions logés dans une tente préfabriquée, les camps sont protégés par des systèmes de barrières électriques pour empêcher les animaux d’approcher le campement, il y a toujours quelques singes et notamment des Vervets ou des Babouins pour venir vous rendre visite.

 

IMGP8238

Le soir nous faisons un premier tour au coucher du soleil, nous voyons déjà beaucoup de choses, je manque de lumière pour les photos et je ne veux pas utiliser mon flash, le chauffeur utilise une lampe, mais la puissance n’est pas suffisante… Nous verrons donc des rhinos, des éléphants, des koudous, des genettes, des zèbres, des impalas, pleins de sortes d’oiseaux et un beau coucher du soleil…

 

IMGP8187


Le lendemain départ pour les profondeurs du bush… J’ai dit à Karisso que j’adorerai croiser un léopard, mais nous savons tous dans cette voiture à quel point cela est difficile et c’est bien l’intérêt d’une telle balade, c’est que l’on ne sait jamais ce que l’on va rencontrer et je peux vous dire que même parfois, l’on ne s’y attend pas du tout… Karisso connait bien Kruger, il va commencer par tourner à droite à gauche, mais il sait où il va…

 

IMGP8306


On a croisé des zèbres et la première belle surprise a été la rencontre avec les buffles… On les voyait au bord de la rivière et en avançant un peu, on s’est rendu compte qu’il y en avait aussi pleins sur le bord de la route et puis soudain ils se sont mis à traverser, devant nous et derrière la voiture…

 

IMGP8381

 

On était cernés par les buffles, il y en avait plus de cinquante de toutes les tailles… Karisso ne se souvenait pas en avoir vu autant depuis longtemps, il était super content…

 

On était partis de bonne heure et il nous propose un petit déjeuner, et là  je ne sais pas pourquoi, mais je leur ai proposé d’attendre un peu encore, Karisso décide de prendre une route, ou plutôt une piste nous disant que du coup on ne s’arrêterait environ que dans une heure. Je regardais dans les arbres, je ne parlais pas, j’observais chaque recoin du bush, je sentais dans cette voiture que l’observation était au maximum. Kelsey est chercheuse, elle fini son master en Afrique du sud, elle étudie une sorte d’écureuil qui vit sous terre, elle est là jusqu’en octobre et elle rentrera écrire ensuite au Canada… Alix a commencé ses études de biologiste et est l’assistante de Kelsey, en stage pour trois mois, elle l’aide dans ses travaux de laboratoire et d’observation. Je suis donc accompagnée de six yeux avisés avec ceux de notre guide en plus…  Et soudain alors que je rebaisse les yeux vers le bush, sur le bord de la route j’aperçois le léopard… Ils ne l’ont pas vu, je cris stop, stop, stop… Karisso freine, Léo,léo, just here…

 

IMGP8399 - Copie

 

Il recule, le léo s’est levé et commence à partir, nos appareils sont opérationnels, on l’a, il est là devant nous, il se retourne, repart, se retourne de nouveau, on est en apnée, on ne respire plus, on le regarde, on le suit, on n’en croit pas nos yeux…

 

IMGP8406

 

J’arrête de prendre des photos, je le regarde bouger, il s’arrête de nouveau et repart… Il ne s’éloigne pas beaucoup, se cache derrières quelques herbes, on reste là, on n’y croit toujours pas, on se regarde, on sourit, on est heureux… On le laisse tranquille, on repart, Karisso s’arrête de nouveau, un peu plus loin et là il se met à crier dans la voiture… Il n’y croit pas, ça faisait super longtemps qu’il n’en avait pas vu, il est super heureux et nous aussi… On va en parler pendant des jours, on en parle encore, on en parlera longtemps…

 

IMGP8492


On prend le petit déjeuner ensuite et puis on continue de parcourir les routes du parc… On est encore dans cette rencontre, même si l’on continue d’observer les oiseaux, les girafes et toutes les richesses de ce parc…

 

IMGP8538

 

Karisso nous dit que l’on va sortir du parc dans l’après midi pour aller dans une réserve privée qui le longe… On n’en a pas tellement envie, on est bien là, on sent qu’il peut s’y passer beaucoup de choses. On va accepter le programme, mais l’on se dira plus tard qu’en fait on aurait du insister…


Avant de quitter le parc on entend dire qu’il y a des lions sur la route un peu plus loin… Nous y apercevrons trois lionnes cachées derrière de grandes herbes, apparemment avec leurs petits que nous ne verrons pas… C’est aussi cela la nature, ne pas voir, accepter de ne pas voir, pas cette fois, parce que ce n’est pas toujours possible.


Nous partons pour la réserve privée de Tshukudu… Ils se présentent comme des protecteurs des cheetah, le guépard… Le cadre est superbe, une sortie est prévue en soirée… On cherche quatre éléphants et ensuite un lion. Le gars utilise une antenne, ils ont mis des colliers de détection aux animaux pour les localiser… Il trouve les éléphants et s’en approche très près, je ne suis pas super rassurée mais tout se passe bien, il nous fait tout un speech sur leur belle façon de protéger les animaux, puis nous voilà partis à la recherche du lion qui apparemment est tombé en amour d’une jolie lionne, les deux autres de la réserve étant occupées avec leurs petits…

 

IMGP8778

 

Nous arrivons grâce à l’antenne au niveau du lion qui est installé sur le chemin devant la barrière électrique qui le sépare de sa belle lionne, qui elle, est dans le parc de Kruger qui est juste à coté.

 

IMGP8744

 

Et là, j’ai pensé à tous ces murs que l’on construit soit disant pour se protéger des autres quand certains voudraient tellement les traverser…


Le top du top va se produire le lendemain… Après avoir vécu la soirée, avec Kelsey nous hésitons à y aller et puis je me dis que quitte à être là, autant  voir jusqu’au bout et je ne vais pas être déçue… Au programme rencontre avec les femelles guépard et marche dans le parc…

 

IMGP8875


On retrouve une femelle, toujours avec le détecteur. Elle est allongée à l’ombre déjà accompagnée d’un guide et d’une femme. Avec nous il y a un couple, le gars nous propose de nous approcher du guépard, de le caresser et de prendre des photos avec lui. Il ne va pas bien comprendre que nous refusions…

Alix dont c’est l’anniversaire va y aller et va même avoir un comportement un peu étrange avec cet animal qu’elle prend éventuellement pour un chat domestique…

 

IMGP8909

 

Nous allons ensuite  aller nous promener en suivant ce chat domestique, on va croiser des rhinos, là une fois de plus je ne suis pas très rassurée, mais le gars nous dit que tant que l’on parle on ne risque rien…

 

IMGP8921

 

La blague va durer un peu et là je lui demande ce que cet animal à encore de sauvage et en quoi il peut dire qu’il le protège ? Il ne sait pas trop quoi répondre sauf qu’il me dit qu’il chasse toujours, mais que parfois il lui donne aussi à manger…  Et puis nous revenons au camp. Ce matin là,  nous repartirons vers le Botswana…

 

Je ne ferai pas plus de commentaires sur ce que je viens de vous raconter…

 

Nous en avons reparlé avec Alix quelques jours plus tard, je voulais comprendre ce qu’une future scientifique pouvait cautionner d’un tel comportement… Elle m’a répondu, du haut de ses 20 ans, j’ai bien aimé sa réponse… « J’ai fait cela parce que j’en avais envie, sans me poser la question des conséquences, juste parce que j’en avais envie »…

 

Je vous donne rendez-vous au Botswana, avec les éléphants, dans quelques heures…

 

Merci et à bientôt

 

 

 

 

 

 


Retour à l'accueil