IMGP0137

 

Nous allons arriver à Chobe Park en fin de matinée… Nous sommes devenues des pros du montage de tente… Le camp est proche de la rivière… Des aigles pêcheurs passent au dessus de nos têtes.


Deux balades sont prévues dans le tour pour le lendemain, une en véhicule safari et l’autre en bateau, mais j’ai très envie d’aller sur les lieux avant. Avec Kelsey on décide donc de s’offrir un premier tour…


Chobe est un lieu incroyable, déjà quand vous arrivez à l’entrée de la réserve vous remarquez tout le long de la route qu’il n’y a pas de barrières… La seule barrière est celle de l’entrée pour enregistrer les véhicules… Nous allons vivre cet endroit différemment qu’à Kruger, nous ne sommes pas qu’entre nous et nous n’avons pas vraiment le choix de l’itinéraire puisque nous sommes dans un véhicule du camp qui est sur 3 niveaux et où l’on peut transporter neufs personnes… Ce type de balade dure environ trois heures et comme à chaque fois, vous ne savez jamais ce que vous allez voir…  Le trajet de cette nouvelle balade se fera essentiellement au bord de la rivière… Nous sommes six et un nouveau voyage commence…

 

IMGP9708


Cet après midi là, nous verrons beaucoup d’éléphants et le guide dans le véhicule, nous dira qu’il y en a trop et qu’il n’y a plus assez à manger pour tous. Le bush effectivement parait bien plus parsemé qu’à Kruger mais je suis quand même super étonnée de ce qu’il vient de nous dire, surtout quand vous entendez dire sans arrêt que les éléphants sont en danger à cause de la contrebande. Je suis curieuse d’avoir un complément de réponse et je profite d’un arrêt un peu plus loin pour lui poser la question… L’homme a repris du terrain sur l’espace, la densité d’animaux ayant aussi augmenté du fait de leur protection, il n’y a plus assez de nourriture pour tous… On se retrouve de nouveau confronté à la place que chacun occupe… Et surtout la façon dont il l’occupe…

 

IMGP9788


Nous continuons la balade, je crois que je réfléchis tellement que je ne vois plus trop ce qu’il se passe autour de moi… Je suis de nature plutôt optimiste et là soudain je suis inquiète…

 IMGP9813-copie-1.JPG

 

 

 

 

 

 

 

 

IMGP9853-copie-1.JPG

 

 

 

 

 

 

 

IMGP9873-copie-1.JPG

 

On va beaucoup discuter ce soir là avec  Kelsey, on finira même la discussion en français, pour aller chercher les mots les plus justes, ceux qui vont venir exprimer les émotions, les sensations… Je ne dormirai pas super bien cette nuit là…

 

Nous nous réveillons de bonne heure pour vivre le lever du jour dans le bush…

 

IMGP9976-copie-1.JPG

 

Ce matin le guide nous dit que nous allons essayer de voir des « Cats », c’est le même que la veille… Je le sens lui aussi dans sa routine, chaque jour il véhicule des gens de passage, qui viennent chercher du rêve et de belles photos… C’est son boulot, il fait ça pour gagner sa vie. Il est sous pression, il sait que dans son véhicule il y a des gens qui veulent voir des lions… Une lune de miel sans un lion, vous imaginez vous ?

 

IMGP0029

 

 

IMGP0224

 

 

 

 

 

IMGP0372


Nous ne verrons pas de lion ce matin là, nous prendrons un café après deux heures à sillonner le bush et à y voir des girafes, des oiseaux, des babouins, des éléphants, des impalas, des hippopotames… Et c’est là que nous allons retrouver Karen et Frank qui étaient à Elephant Sand avec nous, à qui nous n’avions pas parlé, mais qui vivaient ce moment avec autant d’intensité que nous.

Ils sont dans un autre véhicule, c’est aussi la pause café, il ne fait vraiment pas chaud ce matin là… Ils sont Sud Africains, ils vivent à Cape Town et visitent le Botswana. Ils sont au lodge du camp, je vais recroiser Karen plusieurs fois, nous décidons que nous nous reverrons à Cape Town…

 

Après le café retour vers le campement et c’est à ce moment là, en repartant vers la sortie du parc national que nous allons arriver sur une scène incroyable que peu de gens vivent…

 

IMGP0208

 

Les Lycaons, viennent de chasser un jeune koudou. Ils sont quatre, chacun à leur tour observe les alentours comme s’ils avaient peur que d’autres prédateurs plus forts arrivent. Ils vont le manger en un quart d’heure…


Je vous montre cette image, parce que c’est celle de la nature. Nous aussi étions chasseurs et nous sommes toujours carnivores pour une grande majorité, sauf que nous ne tuons plus nos proies… On le fait faire par d’autres, nous avons oublié le besoin de se nourrir, la difficulté de se nourrir, le temps que cela prend, la maitrise tactique d’une chasse… Je vous parle de la chasse de notre anthropologie… Nous avons organisé des élevages, nous produisons en masse pour la masse, nous perdons en qualité, nous faisons du fast food… Vite toujours plus vite et moins qualitatif… Même notre viande est stressée…


Là on observe des lycaons qui vont se nourrir très vite pour ne pas se faire voler leur prise, ils ne vont pas en tuer plus que prévu, ils vont juste se nourrir et ils ne laisseront pas grand-chose sur la carcasse… Un chacal est déjà dans le coin et d’autres viendront nettoyer la place plus tard… Il ne restera rien et tout est biodégradable…


Entre temps d’autres véhicules sont arrivés, il y en aura environ sept ou huit, c’est le chemin du retour pour tout le monde. Certains ne regardent pas, tellement plus habitués à cette violence naturelle, qui n’est qu’un instant de survie… On supporte la violence télévisuelle, mais pas celle là ?

Il y a pleins de gens qui regardent des séries télé et des infos hyper violentes et quand ils se retrouvent face à la nature, ils trouvent cela horrible à voir, difficile à supporter, certains vous diront même  inhumain…

J’ai pris ce moment comme un cadeau de plus, comme une invitation à la réflexion, comme une réponse à nos questions d’environnement. Nous voulons bien voir un lion avec ses petits, c’est mignon, attendrissant,  on ne veut pas le voir tuer un zèbre…


Chacun de ces mouvements nous ramène à nos origines, la chasse, la pêche, la culture que nous avons intensifié pour rentabiliser, commercialiser, des mots qui nous occupent chaque jour alors que nous gaspillons, l’espace, le temps et le mouvement…


J’aime les femmes et les hommes de ce monde, je suis super optimiste pour nous parce que je sais que profondément en chacun de nous il y a cet espoir. Il ne suffit plus de le dire…


Je lis parfois des commentaires qui disent que l’on ferait bien de prendre exemple sur les animaux, ceux qui le disent, ils font quoi aujourd’hui pour que ça change ? Ils continuent de participer à la croissance et à conduire leur voiture seuls tous les jours pour aller travailler et faire leurs courses parce que les transports en commun ce n’est pas cool et pas super pratique au niveau horaires et à acheter des produits manufacturés et polluants. Est-ce qu’ils ont un récupérateur d’eau de pluie dans leur jardin ? Rien que cela ?


Oui j’ai de l’espoir, parce que forcément que l’on va finir par changer de comportement, à moins que l’on n’imagine pas le cadeau que l’on a envie de faire aux futures générations, aux animaux, à la nature et à tout ce qu’elle nous offre chaque jour…


Oui j’ai de l’espoir pour ces enfants à qui l’on va en parler, ceux qui ne voient pas les différences, ceux qui ont juste envie de jouer ensemble et à qui l’on apprend à avoir peur de l’autre, de l’étranger, de celui que l’on ne connait pas et qui, bien évidemment, n’a qu’une envie c’est de nous agresser et de nous piquer tout ce que l'on a.


Je ne pourrai rien pour personne, je pourrai peut être encore pour moi, parce que je continue moi aussi à avoir des comportements qui ne me plaisent pas mais qui sont culturels et récurrents, j’y travaille pendant ce voyage… Nous pourrons ensemble si nous en avons envie, comme Alix qui a eu envie de caresser ce guépard, nous pouvons décider de ce que nous voulons faire, de ce que nous ne voulons plus faire, plus cautionner.

 

C’est aussi difficile que d’arrêter de fumer… Parce que l’on est conçue pour fonctionner comme ça et que changer ses habitudes c’est super difficile… Mais il y a déjà des exemples de personnes qui ont avancé sur ce type de projets…


Le changement fait peur, c’est bien connu, c’est ce sur quoi l’on travaille en premier quand on est formateur… La confiance, the confidence en anglais…


Je vais vous faire une confidence… J’aime la vie parce que depuis toujours je sais que je vais pouvoir faire confiance en l’être humain et que j’ai très envie de lui donner l’occasion de trouver sa voie, sa voix, celle qui fait de lui un être unique et en même temps un compagnon de vie, riche de tout ce qu’il est, de tout ce que l’on a à partager, à comprendre, à accepter, à tolérer, à aimer…  

Un être réfléchi, sensé, responsable, qui utilise son intelligence à construire des ponts et pas des murs, qui vit près de l’autre et qui arrête d’avoir peur de tout, parce que justement l’autre est aussi là pour accompagner, échanger, distraire, et toujours, et pour la vie, aimer…


Donnons nous l’occasion de cette vie, de cet espoir, ne vendons pas notre vie, elle a trop de valeur, elle est faite de tout ce que nous avons construit, pour nous, pour les autres, elle est faite de notre richesse et de celle de ce monde inscrite dans nos gènes depuis nos origines, cette vie que nous devons défendre, toutes les vies,  parce que c’est ce que nous avons de plus cher au monde… « L’espace, le temps, le mouvement… La nature » toute entière… 


Peut être aurons nous l’occasion d’en discuter un jour…

 

Et cette journée n’était pas finie… Je me laisse envahir par toute cette beauté, ce sera un bel après midi sur la rivière…

 

 

IMGP0425

 

 

 

IMGP0433

 

 

 

 

 

 

 

 

IMGP0510

 

 

 

 

 

 

 

IMGP0730

 

 

 

 

 

 

 

 

 

IMGP0827

 

 

 

 

 

 

 

 

IMGP1010

 

 

Le lendemain après une longue journée de route pour se rapprocher de la frontière nous avons passé la nuit dans la réserve de Khana Rhino Sanctury… La réserve des 43 rhinocéros, dont seulement 4 noirs… Ils sont là pour éviter qu’on les massacre pour récupérer leurs cornes… C’est le président du Botswana qui est à l’initiative de ce projet, peut être ont-t-ils pris conscience eux aussi, de leur vraie richesse…

 

Au petit matin avant de repartir vers Pretoria nous avons fait un tour dans cette réserve et le plus beau souvenir de cette journée a été ce moment ou nous avons aperçu, de très loin un rhino et un petit…

 

L’espoir, c’est ce dont nous avons besoin pour nous mettre en mouvement, ceux qui n’auront pas confiance et plus d’espoir ne nous aideront pas à changer ce monde et pourtant nous avons besoin d’eux… Pour que ces gamins ne voient pas uniquement des rhinocéros dans des réserves privées, des zoos ou en photo…


L’espace, Le temps, le mouvement… J'ai vécu, la rencontre, les silences et l’espoir d’un monde…

 

Merci à Karisso, Kelsey et Alix d'avoir partagé ces moments avec moi...

 

 

Merci à vous mes chers lecteurs et à bientôt

 

 

 

 

 

 

 

 

logo 2   carte visite christele  FSCF-LOGO-loireatlantique1      Logo       maplemuse-large

 

 

 

 

 

Retour à l'accueil