IMGP7020

 

Je suis arrivée mardi à 6h00… Les gens du Backpakers où je loge m’avaient proposé de venir me chercher à l’aéroport et de les appeler quand j’arriverai…


Souvent quand j’arrive quelque part, les deux premières choses que je fais sont d’aller retirer de l’argent et de boire un café… Sentir l’atmosphère, observer les possibles, chercher du regard celui où celle que je vais aller voir pour un premier contact, pour une info… Il faut trouver l’endroit stratégique… Il y en a toujours un pour venir vous proposer un taxi ou un hébergement… Là j’avais besoin de téléphoner, donc trouver une solution…

 

J’ai commencé après le café par aller au lieu d’info pour voyageurs, voir s'ils pouvaient téléphoner pour moi, puis ils m’ont envoyé au magasin de téléphones, la fille voulait me vendre un forfait et a fini par me donner de la monnaie pour le téléphone public qui ne fonctionnait pas, alors un gars m’a proposé d’appeler, il connaissait mon interlocuteur il avait travaillé pour lui… Il me dit qu’il va arriver dans quelques minutes du coté des taxis, je lui donne la monnaie que m’avait donné la fille du magasin… J’attends un peu, un peu, un peu… Et tout à commencé là… Je ne sais pas si j’attends un homme noir ou blanc.

 

Graham va finir par arriver, il est blanc et le jeune homme qui a appelé est noir… Quelle importance me direz-vous ? Evidemment que l’on n’a pas envie d’en faire, évidemment que l’on en fait et dans un pays comme l’Afrique du Sud avec une histoire raciale aussi récente, ça vous explose à la figure en arrivant… Parce que sans le vouloir, avec tous les a prioris que l’on trimballe depuis des années et bien aidés par les médias, tout à coup l’on se retrouve face à un monde qui vient vous dire quelque chose…  

 Jamais avant d’arriver en Afrique du Sud je n’avais été confrontée à cela, même quand je me suis retrouvée seule à Long Xuyen au Vietnam. On ne se pose pas la question et là tout à coup elle se pose…


Alors je vais faire super attention à ce que je vais vous dire pour ne froisser personne et ne pas entrer dans des discours qui ne mènent nulle part, je vais faire attention comme quand on m’a déconseillé d’aller seule dans le centre ville et que je l’ai parcouru en taxi pour comprendre pourquoi…


Ma première vue de Johannesburg aura été celle là… La vue du bureau de Graham sur la ville… Johannesburg, la ville économique, celle où l’on vient chercher du travail… Une ville de souffrance et de cris, mais aussi pleine d’espoir et d’envie d’aller de l’avant…

 

IMGP7020


Je suis allée faire quelques courses et je m’en suis rapprochée, pour commencer à la vivre, elle est très impressionnante…

 

 

575421_384238508359171_205526674_n.jpg

Le lendemain, j’avais décidé d’aller à l’alliance française qui se trouve de l’autre coté de la ville… Je me suis renseignée pour le bus, mais à l’auberge, avec mon appareil photo, ils n’étaient pas trop rassurés, le mieux peut être serait de prendre un taxi collectif ou un taxi simple… Graham appelle et puis fini par me proposer de m’amener… On n’en parle pas, on ne le dit pas que parce que je suis blanche je vais me retrouver dans un monde très noir et on ne voudrait pas qu’il m’arrive quelque chose, même si l’on sait que ça peut très bien se passer… Et puis je suis seule et ça c’est vraiment un truc qui ne rassure pas les gens… 

 

A l’alliance le gars que je veux voir n’est pas arrivé, en attendant, je rencontre Chantal et son mari d’origine congolaise, ils vivent en Afrique du Sud depuis 5 ans, ils sont médecins, ils viennent passer les tests de français pour partir ou vers l’Europe ou vers le Canada… Le français est leur langue maternelle. Elle me dit que si je vais dans le centre ville avec mon sac à dos toute seule, je vais me faire dévaliser… La personne que je veux voir vient d’appeler pour dire qu’elle ne viendra pas, je décide donc de rentrer…  Une autre personne à l’accueil me déconseille d’aller seule en centre ville : « Vous allez vous faire repérer tout de suite et ils vont vous découper votre sac … Moi encore j’y passe inaperçu, mais vous non»…


Et puis je ne suis pas satisfaite de cette décision, ça m’agace ce genre de choses, l’idée n’est pas de prendre un risque, mais de découvrir, je ne veux pas passer à coté de cette ville, je veux la voir, comprendre pourquoi je ne peux pas y aller… On m’a dit le quartier Melville, pas de problème, Newtown ça va aussi mais pas le centre ville.


Je fais appeler un taxi, je lui demande de m’amener à Melville, en fait c’est une rue, déserte, plutôt un quartier de touristes habité et vécu par des blancs… J’y passe une heure, rien de spécial à y faire, je bois un café et assiste à une scène un peu spéciale, un entretien d’embauche dans un café pour la garde des enfants… La réponse à semble t-il été positive…

 

943660_384653278317694_2126690977_n.jpg

 

Et puis mon taximan… Wilfried qui est devenu mon taxi officiel depuis, est revenu me chercher pour me ramener et je lui ai demandé si on pouvait passer dans le centre… Il m’a dit oui… Et là j’ai compris, parce qu’il ma expliqué… Le centre de Johannesburg a été déserté par les blancs suite à quelques agressions, ils vivent donc plus dans la banlieue proche… Un centre ville ou il se vend de tout sur les trottoirs…

 

IMGP7053

 

 

 

 

 

IMGP7054

 

Wilfried me dit "A plusieurs c’est possible, mais toute seule effectivement c’est moins facile"… Alors on tourne dans la ville et il me montre différentes choses que je n’aurai pas pu voir seule… Mais je les ai vu et c’est ce que je voulais…

 

IMGP7037

Le pont Mandela...

 

 

 

IMGP7048

Newtown un quartier de Johannesburg...

 

 

Le lendemain je pars pour Soweto, cette fois avec Erik, il y a vécu et vis maintenant dans un autre Township… Au programme la visite du Musée de l’Apartheid, trois heures de visite qui commencent par un moment magique… En arrivant, il y a un groupe d’enfants et leur enseignante qui regardent la première phrase inscrite… Elle leur fait expliquer les mots importants, on parle de respect et de tolérance…  

 

IMGP7090

 

Je reste avec eux un moment sur le début de la visite et j’écoute ce qu’elle leur dit.

 

IMGP7112

  Musée de l'Appartheid... La rampe... Des rencontres...

 

Ensuite je continue ma visite, des moments très forts, des frissons et la chair de poule à plusieurs reprises, on ne peut pas prendre de photos, mais c’est parce qu’il faut y aller pour le ressentir. A la fin de la visite, je prends le temps d’un café avant de rejoindre mon guide et à ce moment là l’enseignante entre dans la cafétéria pour déjeuner. Je me dis que c’est l’occasion d’aller vers elle. Je lui explique ma démarche et ce que j’ai écouté de ce qu’elle a dit, je lui demande si elle accepterait que je vienne dans son école ?... Elle me dit que oui, elle vient s’assoir avec moi, nous échangeons nos coordonnées et rendez-vous est prit le lendemain à 8h30… C’est une école primaire de Soweto, Yvonne en est la directrice et c’est une école composée uniquement d’enfants noirs… A Johannesburg il y a des écoles où l’on trouve les deux populations…

 

Je retrouve mon chauffeur qui va me faire visiter les quartiers riches, classe moyenne et pauvres du Township de Soweto.

 

IMGP7151

 

 

 

 

IMGP7174

 

 

 

 

 

IMGP7160 - Copie

 

 

 

 

Nous faisons aussi une pause déjeuner dans un restaurant plutôt typique… 

 

 

IMGP7212

 

 

 

 

 

 

IMGP7206

 

 

Soweto est le cœur historique du mouvement contre l’Apartheid, c’est là que Nelson Mandela vivait (Le premier président noir d’Afrique du Sud). Erik me dira qu’il n’y a que cinq blancs qui y vivent, des gens acceptés par la population pour leurs actions…  


Là je vais entrer au Musée Hector Pieterson… Un gamin de 13 ans tué par la police le 16 juin 1976 alors qu’il participe à une manifestation pacifique pour dire au gouvernement qu’ils ne sont pas d’accord pour apprendre l’Afrikaans (La langue des blancs qui ont mis en place l’apartheid)… 600 enfants vont être tués… Une horreur… Un photographe qui se trouve là va prendre la photo d’Hector dans les bras de cet homme, elle fera le tour du monde et c’est là que le monde va prendre conscience de ce qu’il se passe en Afrique du Sud et le mouvement va devenir international.


Avec Pépite on a voulu rendre hommage à ces enfants à notre façon…

 

IMGP7228

 

 


Je vais finir ce parcours dans une rue d’un quartier pauvre où Erik a quelques amis, je vais y rencontrer cette femme qui va absolument vouloir me montrer sa maison, nous discuterons un moment.

 

IMGP7259 (2)

Et puis ces enfants qui ne quittent pas Pépite des yeux et à qui je propose de faire une photo…


IMGP7265

 


Ce matin je suis allée voir Yvonne dans son école, accompagnée par Wilfried…

 

IMGP7341

 

Ils m’attendaient, tous réunis dans une grande salle. Yvonne m’a présenté et je leur ai expliqué pourquoi je voulais les rencontrer… Une des enseignante leur a fait faire une sorte de  « hourra » pour m’accueillir…

 

IMGP7305

 

 

 

IMGP7328

Uniforme de l'école qui n'était pas obligatoire aujourd'hui...

 

J’ai demandé à Yvonne si elle souhaitait échanger avec une école en France, elle m’a dit oui, si elle voulait que l’on essaye un skype lundi et s’ils avaient ce qu’il fallait pour, elle m’a dit oui…

 

IMGP7339

Yvonne, c'est elle qui a posé Pépite sur l'imprimante en arrivant...


On a partagé un café, des accolades et je suis rentrée… L’école de Monnières, ceux déjà du Costa Rica, les mieux équipés, ont aussi dit oui… Alors je n’ai pas testé le matériel là bas, mais lundi on va tenter l’expérience… 

 

Je pensais partir demain pour Pretoria et en fait je vais rester encore un peu...

 

IMGP7086 - Copie

 Et à partir de maintenant, je ne vous donnerai plus que les couleurs de mes photos et je vous parlerai de tout ces gens que je rencontrerai sans vous dire de quelle couleur ils sont… Parce que les rencontres n’ont que les couleurs d’une nation comme l’Afrique du Sud… Celles de l’Arc en Ciel…

 

 

Merci à vous et à bientôt

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

logo 2   carte visite christele  FSCF-LOGO-loireatlantique1      Logo       maplemuse-large

 

 

 

 

 

 

 

 

Retour à l'accueil