Noëlle m'a envoyé 25 musiques qu'elle aime écouter quand elle voyage, en voilà une... Autrefois enseignante Français Langue Etrangère en Corée du sud et au Sénégal, sensible aux différentes cultures, cette musique lui va bien... Tu vis dans quel hémisphère ?

C'est une musique qui est tirée de la BO du film de Patrice LECONTE "DOGORA" Ouvrons les yeux sorti en novembre 2004.

Merci Noëlle pour cette découverte et ces nouveaux sons pour nos cerveaux...

Le premier morceau est celui que Noëlle m'a proposé, elle me dit d'ailleurs de l'écouter à fond... Si vous avez une bonne sono ou un bon casque n'hésitez pas...la seconde c'est un bonus juste pour le plaisir... Et vous verrez (Visuelle... je suis), ça va vous aider à trouver la réponse aux exercices...

 

 

La Vidjiame - Etienne Perruchon BO DOGORA

 

 

Shtakié - Etienne Perruchon BO DOGORA

 

 

carte-bonheur-est-cerveau-L-1.jpeg

 

 

Ellen MacArthur (la navigatrice) a dit: " Je ne suis pas allée à l'école très longtemps mais je savais très précisemment où je voulais aller"

Comme pour beaucoup de personnes le système éducatif ou les méthodes proposées à l'école ne convenaient peut être pas à Ellen. Elle a donc développée ses compétences avec d'autres outils et d'autres méthodes, le bateau et les cartes marines...

 

« Je ne parviens pas à mettre mon cerveau en veille »
Ellen MacArthur

 

 

Deux cerveaux pour apprendre

Linda V. WILLIAMS

 

Les recherches récentes sur les deux hémisphères cérébraux nous ont appris que nous possédions deux façons différentes et complémentaires de traiter l'information: un traitement linéaire, procédant pas à pas, analysant les éléments qui constituent la structure d'un ensemble: c'est la gestion de l'hémisphère gauche, et un traitement spatial, relationnel, qui détecte et construit les structures et qui correspond à la gestion de l'hémisphère droit. Cette découverte a provoqué un très vif intérêt dans les milieux de formateurs et a créer le désir d'explorer les possibilités d'applications pédagogiques de ces recherches...

J'ai choisi de privilégier les techniques que nous pensons être directement liées au traitement de l'hémisphère droit, non parce que je les estime plus importantes que les techniques associées à l'hémisphère gauche (car se serait faux de le croire), mais parce qu'elles sont beaucoup moins connues. Nous possédons tous un passé pédagogique qui a privilégié l'approche analytique et linéaire. Si nous voulons nous adresser à tous les profils d'apprenants, à tous les types de stratégie d'acquisition, il nous faut trouver l'équilibre entre les techniques linéaires et analytiques d'une part et les autres, celles qui font appel au cerveau droit, a sa préférence pour les structures et les ensembles et à ses capacités de traitement visuo-spatial (P11-12)

La plupart d’entre nous connaissent beaucoup mieux ce qu’ils pensent que les mécanismes de leur pensée, sans doute est ce le résultat d’un système éducatif qui se préoccupe davantage du contenu que du processus. Nous avons tendance à supposer que tout le monde pense de la même façon et que certains semblent se débrouiller mieux que d’autres. En réalité nous n’avons pas tous la même démarche de pensée. Nous avons chacun notre propre démarche. Certaines personnes visualisent facilement et avec précision. D’autres ont des difficultés à créer une image visuelle claire. La pensée analytique est facile pour certains, difficile pour d’autres.

 Je vais vous proposer 2 exercices a faire seul ou en groupe. Vous m’envoyez vos réponses dans la partie commentaire et pendant que vous faites les exercices, essayer de prendre conscience de votre démarche.

Qu’êtes-vous entrain de faire ? Quelles stratégies  « marchent » ? Lesquelles ne marchent pas ? Que faites vous quand une démarche n’aboutit pas ? Prenez conscience également de ce que vous ressentez face aux problèmes. Lequel évitez-vous ? Lequel détestez-vous ? Lequel vous met en confiance ?

Je vous donne la réponse fin de semaine prochaine…

 

Exercice 1

Un homme et une femme se tiennent côte à côte, le poids de leur corps appuyé sur leur pied droit. Ils commenceront à marcher en posant le pied gauche sur le sol. La femme fait trois pas pendant que l’homme en fait deux. Combien de pas aura fait l’homme au moment où leurs deux pieds droits toucheront le sol en même temps ?

 


Il y a plusieurs façons de résoudre ce problème. Beaucoup de gens visualisent l’homme et la femme. Certaines personnes forment des images mentales si nettes qu’elles peuvent retrouver très facilement des sons et des odeurs (évocation multisensorielle). D’autres n’ont qu’une image floue et doivent fournir un grand effort pour contrôler l’image. Certaines personnes voient des images abstraites : elles voient les traces de pas. Toutes ces stratégies sont des procédés de visualisation qui ont des chances d’être efficaces avec un problème comme celui-ci.

Les personnes qui ont des difficultés à contrôler leurs images mentales peuvent malgré tout utiliser une stratégie visuelle pour résoudre ce problème. Elles peuvent dessiner ou faire un graphique représentant les pas de l’homme et de la femme. Si c’est ce que vous avez fait, vous aurez sans doute réussi à résoudre le problème, mais vous y aurez sans doute passé un peu plus de temps que la personne qui aura visualisé la situation mentalement.

Avez-vous pensez à utiliser vos doigts pour simuler les pas des marcheurs ou avez-vous trouvé quelqu’un qui a fait l’expérience avec vous ? Dans ces deux démarches (Kinesthésiques) le corps intervient pour résoudre le problème. Bien qu’il s’agisse d’excellentes techniques pour trouver une solution, on y fait rarement appel car beaucoup d’entre nous ont été conditionnés à ne pas utiliser leurs mains et leur corps pour des activités mentales. Cette caractéristique culturelle est très regrettable car elle prive beaucoup d’entre nous d’un outil très précieux.

Le problème peut aussi être résolu mathématiquement mais la solution sera plus longue à venir et exigera plus d’effort que la visualisation ou la simulation.

Avez-vous utilisé une démarche verbale, vous vous êtes parlé en réfléchissant à la solution ? La démarche verbale est plus couramment enseignée mais elle a des chances de ne pas aboutir ici. Ce problème n’est pas de ceux pour lesquels la démarche verbale est efficace et, pourtant, nous sommes nombreux à avoir été tellement conditionnés par l’école à résoudre les problèmes de cette façon qu’il nous est difficile d’y renoncer, même lorsqu’elle n’est pas efficace.

Comment vous y êtes-vous pris pour faire l’exercice ? Avez-vous utilisé une seule stratégie ou plusieurs ? Très souvent on se limite à une seule démarche et, si elle n’aboutit pas, on est bloqué. Certains passent d’une stratégie à l’autre, sans prendre le temps d’en suivre une jusqu’au bout. Il est difficile de prendre conscience de sa propre démarche car, la plupart du temps, nous prenons nos décisions automatiquement, ou presque. Mais, avec de la pratique, il est possible de faire des choix consciemment et avec réalisme au lieu de suivre des schémas de fonctionnement établis depuis longtemps. Lorsque vous utilisez les stratégies que vous utilisez, ne perdez pas de vue celles que vous n’utilisez pas. Avez-vous négligé une stratégie parce que vous n’y avez pas pensé ? Vous n’en avez pas eu besoin ? Ou parce que vous n’étiez pas sûr de vous ?


Exercice 2

 

Un cube en bois peint, comme un cube d’enfant, est découpé en 27 morceaux égaux. La scie découpe d’abord 3 tranches parallèles et verticales du haut en bas du cube, le divisant en 3 parties égales. Puis elle coupe 3 autres tranches à 90 degrés des premières, divisant ainsi le cube en 9 parties égales. Enfin elle découpe 3 tranches horizontales de part et d’autre du cube, le divisant ainsi en 27 petits cubes. Combien de ces petits cubes sont peints sur 3 côtés ? Sur 2 côtés ? Sur un seul côté ? Combien de cubes n’ont aucun côté peint ? (P52-55)

A vos neurones…

 

A suivre...

Prochain article:

Le voyage imaginaire

"Le voyage imaginaire n'est pas seulement un outil pédagogique précieux, mais aussi une technique de réflexion que tout apprenant doit apprendre à utiliser. Ce n'est pas seulement une expérience agréable et motivante, mais une aptitude à transcender par la pensée les limites du monde physique, se protéger soit même dans quelque chose d'autre, l'explorer mentalement, s'imaginer devenir cette chose; c'est un "savoir-faire" très important pour la résolution de problèmes et les entreprises créatives..."

 

 

 

 

Retour à l'accueil