George GERSHWIN

Second Rhapsody for piano & orchestra

André PREVIN

 

 

Magali

 

 

 

APPRENDRE DANS LE MONDE : A TORONTO (La suite)

Si vous n'avez pas lu les deux premières parties de cette histoire ci-dessous les liens

Première partie

Deuxième partie

 

 


Il y a des jours comme ça…

De ces jours ou l’on a envie de commencer les histoires par :

Il était une fois…

 

Des histoires qu’il faut raconter pour que chacun d’entre nous y croit et sache qu'il est possible de s'en construire une aussi. Vous savez de ces histoires que l’on appelle des contes ou des légendes, celles qui racontent l’histoire de quelqu’un d’autre tout en parlant aussi de nous…

L’histoire du mexicain et de l’américain ou de la Hyène et du coq… Je les diffuse bientôt sur ce blog…


L’histoire que je vais vous raconter est celle de Magali, c’est la suite… Je savais qu’elle n’était pas finie, mais je ne savais pas quand elle reprendrait son cours et puis…

 

J’avais fini la dernière fois en vous disant :

« Je ne suis pas sûre qu’elle reste en France. Je la sens bien repartir un jour dans d’autres pays anglophones… Une autre étape, la suite d’une histoire professionnelle, qui évolue grâce aux rencontres et aux compétences que la vie nous propose chaque jour. »

Magali est restée un an et demi à Toronto, et elle est rentrée parce que le Canada n’avait pas renouvelé son autorisation de rester sur le territoire.


Il y a trois semaines nous nous sommes rencontrées, elle m’a proposé de passer la soirée avec elle et Steph son associée de Maple Muse. Cette soirée était la bienvenue, cela faisait un moment que nous n’avions pas passé une soirée ensemble et nous avions pleins de choses à nous raconter. Moi j’étais dans une période un peu charnière sur le projet et j’avais besoin de prendre l’air et de retrouver des forces…

En arrivant chez elle, j’ai senti que quelque chose avait changé, les pièces n’étaient plus disposées de la même manière, il y avait moins de meubles, plus d’espaces, de lumière…

Sur la table du salon une bouteille de champagne : « On fête la nouvelle disposition de la maison » me dit t’elle… « Pourquoi pas ? » me dis je, il n’y a pas de mauvaise raison de boire un bon champagne…


Nous avons un peu discuté des projets et puis au bout d’un moment elle m’a donné une enveloppe… Je l’ai ouverte avec étonnement et y ai découvert leur participation au voyage de Perspectives Voyageuses, c’était leurs adhésions… Effectivement cela se fête aussi au champagne, une adhésion c’est un bout de voyage en plus, des rencontres et des échanges, que de bonnes nouvelles…

Il flottait quand même une sorte d’interrogation, je suis bien de celles qui acceptent de fêter un relooking intérieur, mais je sentais qu’il y avait quelque chose d’autre… Je savais aussi que nous devions dîner à l’extérieur mais je ne savais pas où, « c’est une surprise » m’a t-on dit …


Nous sommes donc parties à l’aventure vers un restaurant que je ne connaissais pas et qui se trouve dans une zone d’activité d’un quartier que je ne fréquente guère… Cela devenait vraiment de plus en plus intriguant…

Nous nous sommes garées devant un restaurant qui s’appelle le «Dickies Diner » un resto pour routiers américains en plein milieu d’une zone d’activité à Nantes… Je me suis dit qu’elles avaient envie de me faire vivre mon passage en Amérique du Nord à l’avance, c’était une façon de commencer le voyage…


Et on s’y croirait, je pense que nous allons faire une sacrée belle soirée de départ dans cet endroit, c’est très dépaysant… Les banquettes vertes, le bar tout arrondi, les tables avec le ketchup, les serviettes et tous les ingrédients décoratifs de ce type d’endroit, les plaques de tous les Etats, un look années cinquante, j’ai cru arriver dans un film… Il ne manquait plus qu’Elvis…

Je choisis la table et nous passons la commande. Il n’y avait pas grand monde ce soir là, la patronne nous a raconté un peu l’histoire du restaurant, Magali y vient de temps en temps, elle travaille aussi dans le coin. Et nous voilà reparties à parler de choses et d’autres quand Steph me tend une enveloppe, un peu plus grande que la première, « une enveloppe » me dit-elle « comme tu les aimes »… Effectivement j’aime les grandes enveloppes qui amènent de bonnes nouvelles…


Et c’est à ce moment là que j’ai compris que toute cette mise en scène allait prendre du sens, que chaque moment qui venait de se passer avait été préparé, pensé pour en arriver à cet instant… Elles avaient  commencé par me faire voir que les choses étaient en mouvement, qu’elles changeaient, que la participation au projet de Perspectives Voyageuses faisait parti de ce mouvement, mais que là, dans cette enveloppe, il y avait la vrai raison de cette soirée, et que si l’on me la présentait, c’est qu’elle contenait quelque chose d’important, quelque chose qui méritait bien que l’on soit à cet endroit à ce moment là…


J’ai sorti deux feuilles de cette enveloppe et la première chose que j’ai lu est l’entête en haut à gauche… « Bureau de l’immigration du Québec »… Et là j’ai senti que j’allais vivre l’une des plus belles émotions de ma vie…

J’ai l’impression d’être restée scotchée sur cette entête une éternité, je ne savais pas encore ce qu’il y avait d’écrit plus bas, mais je savais que tout cela était une très belle histoire et que l’on me la faisait partager, là, dans se drugstore, parce qu’il y a des histoires qui méritent d’être racontées dans le décor adéquat…


Sur cette première feuille il était indiqué que Steph avait l’autorisation d’aller exercer au Québec à Montréal comme superviseur général… Sur la seconde il était indiqué que Magali avait l’autorisation d’aller exercer au Québec à Montréal comme enseignante… Le rêve se réalise, la vie continue, le projet à eu raison des administrations…


Magali et Steph sont associées dans l’aventure de Maple Muse, elles ont eu envie que cette aventure se continue au Canada… Il y a un an, elles ont fait leur demande d’immigration vers le Québec, personne n’était au courant de cette démarche… Il y a quelques jours un premier courrier est arrivé… Steph était convoquée pour un entretien au bureau de l’immigration du Québec à Paris… Elle a bossé comme une dingue, elle est devenue incollable sur toutes les spécificités de cette belle province. « Je n’avais jamais rien appris par cœur avant dans ma vie, comme je l’ai fait là »… Pour Magali il n’y avait toujours rien… Pas de nouvelles jusqu’au jour ou une enveloppe arrive, Steph l’en avertie, Magali est au boulot, il faudra attendre le soir pour ouvrir l’enveloppe… Je n’ose même pas imaginer la journée… Pour Magali ce sera « oui » tout de suite sans passer par l’entretien au bureau de l’immigration… Son séjour à Toronto a certainement permis cette réponse positive directe…


Il reste donc cet entretien que Steph va devoir passer, un mardi de mars 2012, un mardi qui ne ressemblera plus jamais à aucun autre… L’entretien ne durera pas très longtemps et elle n’aura même pas à utiliser tout ce qu’elle aura appris ces dernières semaines, la réponse va aussi très vite devenir positive…Il a imprimé le certificat, le lui a remis et lui a dit "Bienvenue au Québec"...

 

J'étais assise dans ce drugstore à lire ces feuilles et à écouter cette histoire… Cette histoire que j’avais commencé à vous raconter, cette histoire à laquelle je croyais… Cette histoire, ce rêve, qui était sous mes yeux entrain de se réaliser…


Whouahhhhhh… Je ne savais pas quoi dire, tout ce que je savais c’est que ça me faisait un bien fou… J’étais heureuse, emplie de ce bonheur incommensurable pour deux personnes qui avaient un projet qui était entrain de se réaliser et j’en étais l’un des témoins privilégiés… Leurs yeux brillaient autant que les miens… Je vivais un moment de plénitude comme sait parfois vous en offrir la vie…

Je me disais "Magali va retourner au Canada", j'y croyais à peine et dans ses bagages elle emmène Steph qui a aussi très envie de vivre cette expérience… L’objectif est de commencer à Montréal et de développer dans une zone anglophone par la suite, peut être Vancouver… Maple Muse va retrouver ses origines et vivre dans son univers…


L’autre bonne nouvelle c’est qu’elles ont décidé, avant d’aller s’installer là bas de venir participer à mon périple et l’on devrait se retrouver au Costa Rica en Janvier pour fêter mes 50 ans. Ensuite elles remonteront tranquillement vers Montréal pour y arriver au printemps 2013…


Voilà ce que cela veut dire apprendre dans le monde… C’est passer par des étapes, des questionnements, des envies et puis des décisions… Apprendre c’est se poser la question de savoir ce que l’on veut en faire et où ?…


Je sais que je vais aussi beaucoup apprendre pendant ce tour du monde et qu’il y aura forcément des endroits qui me parleront plus que d’autres… Des endroits où moi aussi j’aurai certainement envie de retourner pour y vivre d’autres expériences, d’autres rencontres, d’autres rêves…


Je ne sais pas si elles reviendront un jour en France… Mais je sais que j’irais les voir là où elles seront… Pour vous raconter la suite de l’histoire de Magali et puis maintenant aussi de Steph, l’histoire de Maple Muse… Pour que vous aussi vous continuiez à y croire, parce qu’apprendre, quelque soit l’endroit dans le monde, c’est vivre… Et apprendre c’est aussi pouvoir réaliser ses rêves les plus fous…

 

Quelle soirée !!!

 

Depuis je n’avais qu’une envie… Vous raconter la suite de cette histoire… Mais il fallait attendre que toutes les familles connaissent l'histoire... C’est fait… Bon vent les filles et beaux voyages...


 

IMGP0065 

Magali

 


Maintenant je vais continuer à m’occuper de la mienne, d’histoire… Parce qu’elles m’ont donné un sacré coup de pouce et un sacré coup d’énergie. Ce qu’elles viennent de vivre vient confirmer, une fois de plus, que tout est possible avec de la patience et de la persévérance… Est ce que l’on apprend cela à l’école ?

 

Merci, merci, merci…

Et quand vous voulez on se refait une soirée au « Dickies Diner »… Et vous qui venez de lire cette histoire, si vous avez envie de la passer avec nous, soyez les bienvenus... Il y a de la place pour tout "Le monde" quand il s'agit de partager de grands moments de bonheur... 

 

 

 

 

 

logo NLA

 

 

 

 


Retour à l'accueil