CHOPIN

Fantaisie-Impromptu en C sharp minor Op 66

Alexandre TARAUD

 

 

j0382684.jpg

 

 

 

Tous les formateurs connaissent le rôle de l'autre dans l'apprentissage...

Personne ne peut apprendre ou faire à la place de quelqu'un, mais cet acte se réalise souvent avec, grâce, à cause de l'autre.

L'autre est un médiateur, il met sur la voie, il accompagne, il donne confiance, il questionne, il guide, il peut aussi être un modèle.

On réalise parfois des exploits grâce à l'autre, à l'image que l'on en a, à ce qu'il représente pour nous, au sens qu'il donne à notre action.

L'autre nous pousse, mais il peut aussi nous freiner, nous empêcher, nous dévaloriser, nous enfermer...

 

J'accompagne en ce moment, deux groupes de séniors (+ de 50 ans, j'y suis presque... ça fait un peu bizarre quand même)

J'ai pour mission de les aider en six semaines à trouver du boulot, j'adore ce genre de défis, c'est un truc de fou...

L'objectif est donc : Etre capable de trouver du travail, en utilisant les méthodes et outils adaptés...

 

Je crois profondément en l'être humain, sans utopie et sans complaisance. Je crois en l'être humain, parce que nous sommes des mines d'or trop souvent mal exploitées. Il y a deux méthodes, la dynamite ou le piolet... La seconde prend plus de temps, mais évite de détériorer la pépite et de la rendre inutilisable...

 

Tout le monde rêve de trouver un jour la pépite, certains la cherche dans leur travail et s'imagine que la vérité est dans ce que l'on peut posséder. L'Homme était un nomade qui s'est sédentarisé pour développer des richesses et s'approprier un monde qui ne lui appartient pas. Et l'on voudrait faire croire à tout le monde que la mine d'or c'est cela...

 

Martine est lingère, elle bosse depuis toujours, sauf que là, c'est plus difficile, parce qu'elle a des difficultés physiques pour le repassage qui lui provoque des tendinites... Mais c'est une excellente couturière...

Quand j'ai rencontré Martine il y a quinze jours, elle n'était pas très optimiste sur ses chances de trouver un emploi, ni sur sa capacité à aller faire les démarches nécessaires...

Martine est une femme réservée, elle vous dirait "de l'ancienne génération", elle croit que de toute façon elle est trop vieille aujourd'hui pour trouver une solution, tout le monde le pense d'ailleurs et c'est la vie, c'est comme ça...

Martine ne sait pas qu'elle renferme une magnifique pépite et qu'elle va, si elle y croit, pouvoir s'en servir pour briller de mille feux...

 

Cette semaine on a travaillé sur les réseaux, et l'importance de se servir de ceux que l'on connait pour développer des relations professionnelles. Savez vous que nous sommes à deux personnes et demi de notre contact. Sans le savoir nous vivons tout près de la solution... Juste parce qu'il suffit d'en parler et de rencontrer les personnes pour accéder à ce que l'on cherche... La difficulté c'est l’enjeu... Quand on cherche et que l'on est dans la demande, il y a un sentiment de dépendance, on se sent redevable... Martine m'a dit: " moi je ne connais personne, je n'ai pas de contact avec mes anciens collègues, ni avec mes voisins, même ma famille je ne la vois plus"... (Heureusement que je ne suis pas sujette à la dépression)

 

Du coup je leur ai demandé d'aller rencontrer des gens dans les entreprises de leur secteur d'activité, d'y aller sans rien demander, juste pour rencontrer les gens et les faire parler de leur métier, juste pour créer un contact, juste pour le plaisir d'échanger... Je sentais bien que Martine était un peu septique et que l'inquiétude, voir l'angoisse commençait à monter...

 

 

 

 

j0382697.jpg

 

 

 

 

Et puis, ils y sont allés, chacun avec ce qu'il est, ils ont tous réussi, sans rendez-vous, à rencontrer quelqu'un... Pas forcément très longtemps, Daniel a quand même bu le café dans le réfectoire avec toute l'équipe de cuistots... Mais ils sont revenus ce matin là avec leur histoire... Je ne savais pas quand ils sont arrivés qui avait atteint l'objectif, mais leurs sourires en disait déjà long...

 

Martine a rencontré un responsable d'une blanchisserie de l'hôpital après avoir rassuré la secrétaire de l'accueil sans difficultés. Elle n’en revenait pas comme cela avait été facile…

Elle a rencontré un monsieur charmant nous a t-elle dit, qui lui a expliqué son travail et qui a donné un peu de son temps pour discuter avec elle...

Pendant ce temps… Annick qui était allée se confronter aux différents obstacles de l'entreprise dans laquelle elle souhaiterait travailler, avait aussi réussi à rencontrer une personne, qui l'a installée dans un bureau et lui a dit qu'elle allait la recontacter... Ravie de sa performance, elle en a profité pour s'arrêter dans une maison de retraite sur le chemin et demander des infos sur les lingères pour ramener à Martine un contact très intéressant... Daniel est reparti avec le CV du chef cuistot, Eric à rencontré un gardien d'immeuble, Madhé à trouvé son stage par l'intermédiaire d'Abdellah et Emile a discuté avec toutes les assistantes du Département et de la Région pour revenir avec deux contacts... Lela a réussi à avoir des infos sur le recrutement des assistantes dans l'entreprise visée, et avait déjà donné les coordonnées de son gardien d’immeuble à Eric... et Michelle a rencontré une bibliothécaire et a appris qu'elle pouvait, sans diplôme, arriver à travailler dans ce type de structures associatives...

 

Martine n'a qu'une envie c'est de renouveler l'expérience... Elle avait un sourire jusqu'aux oreilles quand elle nous a parlé du charmant monsieur, du coup nous aussi... Alors je lui ai dit, que peut être que l'accueil ne serait pas aussi chaleureux à chaque fois... Mais elle ne me croit pas, je le sais, elle a compris que l'on pouvait rencontrer des gens sans en avoir peur et que l'échange est la solution qui va lui permettre de s'ouvrir au monde.

 

Je ne sais pas si elle trouvera un travail dans les délais prévus, mais je sais qu'elle et les autres, ont appris que « l'autre » apporte aussi des réponses à ce que l'on cherche et qu'il nous permet d'apprendre à trouver "notre" solution...

 

Martine cherche du boulot... Elle va en extraire une pépite qui brillera de mille feux... Il reste tant de choses à faire et à vivre, tant de pépites à faire briller... 

 

Quand je douterai sur le Tour du Monde, je repenserai à Martine et aux autres, cela me donnera la force d’aller vers ceux, qui m’aideront à trouver la solution…


 

 


 


Retour à l'accueil