UN INSTANT POUR MOI ET POUR TOI

Il est cinq heures, je me réveille et j’entends le singe hurleur. Il y en a un qui vit dans les environs, c’est la première fois que je l’entends depuis que je suis arrivée chez Noémie. J’ai toutes les images de Ricon qui me reviennent en l’espace de quelques secondes. Cette Cabinas en 2012 face au golfe Dulce, sur la péninsule Osa. Cet endroit qui m’a offert une renaissance, celle de la nature, des arbres et des sons. Ce lieu qui a fait éclore mon être, juste ce que je suis, un être vivant.

Je viens de passer quatre jours à Sonafluca, au « Jardin de permacultura del Aquila ». La Finca de Noémie. C’est dans cet endroit que nous allons en partenariat avec le projet de Noémie, installer d’ici un an une Cabane

Le chemin pour arriver chez Noémie a été une très belle aventure. Des ponts construits par des pierres précieuses, celles qui brillent en nous et que l’on fait scintiller quand le moment est venu de la partager.

Les quinze premiers jours seront ceux de Roger, Lyli et Dom. Un voyage pour voir que le Costa Rica est un pays plus que développé. Une situation économique sous protectorat américain. Un pays de consommation, de tourisme, fragile, mais accueillant. Je reprends mes marques, j’accompagne, j’offre l’occasion de découvrir cette nature, ce monde d’une richesse incroyable. Je sais qu’ils ont aimé et même, qu’ils ont envie de revenir.

UN INSTANT POUR MOI ET POUR TOI

Les quinze jours suivant, comme souvent dans un voyage, vont être vécus de routines journalières. Je m’installe chez Josée à San Pedro, « In the Wind Hostel & Guesthouse ». J’aime cet endroit qui sait trouver son silence à 22h et qui partage son lieu entre des résidents étudiants, des voyageurs au long cours et des gens de passage pour une journée ou deux, ceux qui voyagent quelques jours, ceux qui viennent bosser, ceux qui ne s’y plaisent pas, ceux avec qui l’on est content de partager une soirée. Je fais développer quelques photos, je fais quelques cartes postales, je cherche ce que je pourrais exprimer de tout ce travail photographique. Je ne suis convaincue de rien. Je vais au marché, je vais voir mes amies du ministère, Olga, Eugenia, j’aime ces femmes qui parlent de nous et tellement discrètes, elles s’occupent des classes bilingues, on prévoit d’organiser une rencontre avec quelques professeurs.

J’attends Marianne et Anne pour mi février, j’attends Gwen pour début mars… J’attends, « Estoy Esperando » en Espagnol.

Et quand on attend, il y a toujours un truc que l’on n’attend pas qui arrive. Je perds mon grand frère Rémy. Celui qui, grâce à l’énergie des temples Mayas du Mexique en 2012, m’a offert quelques années de plus de son art, de son regard, de son amour. Je rentre en France l’accompagner vers cet autre monde au moment ou Marianne et Anne arrivent au Costa Rica.

UN INSTANT POUR MOI ET POUR TOI

Elles vont vivre cette première semaine, en allant à Tortuguero seules et me remplacent pour rencontrer les professeurs de français, elles vont faire scintiller leurs pierres précieuses et rencontrer Emilia et David, deux professeurs de français intéressés par le projet. Nous partirons ensuite toutes les trois, quand je reviens, vers Rincon, Puerto Jimenez et Corcovado.

J’ai l’esprit ailleurs. Je ne suis pas disponible, et pourtant c’est dans ce lieu que tout a commencé pour les Cabanes quelques années auparavant, je dois garder l’esprit ouvert.

Je n’ai aucune certitude. Je crois juste en la vie, en l’amitié plus que tout et en l’amour pour ce qu’il donne de vie. Le projet que nous avons est un projet de vie, les Cabanes que nous voulons partager sont des projets de vie.

UN INSTANT POUR MOI ET POUR TOI

Gwen arrive, je l’ai rencontré une journée et une soirée dans ma vie, en 2012 à Vancouver, mais je sais que nous avons quelque chose en commun. On échange avec Anne et Marianne sur le projet, on visite San José et on va au marché du dimanche.

Gwen insiste pour que pendant son court séjour nous rencontrions Emilia et David, Je sais que les costariciens n’aiment pas trop qu’on les pousse, mais je me dis que je peux essayer. Nous verrons Emilia, à Cartago, qui aime cet esprit français contestataire. Elle parle magnifiquement le français et commence à nous expliquer ce que la langue française a de tellement particulier, de ce qu’elle fait de ceux qui apprennent cette langue. Une lumière scintille, un chemin s’écrit.

Notre route continue, elle fait des lacets de nuit et arrive jusqu’à la Fortuna et jusqu’à David le lendemain à Sonafluca, le nouveau lycée bilingue. J’adore ces moments. Je ne sais absolument pas ce que l’on fait là, j’ai toujours l’impression que ça part en vrille et que rien ne fonctionne comme prévu et pourtant…

On passe un moment, avec ses élèves, magique, il nous offre aussi l’occasion de lui parlé du projet et en l’espace de quelques minutes il nous dit, on va aller voir quelqu’un dont on m’a parlé. Sa directrice d’école lui a donné sa journée pour vivre ce moment avec nous.

Et là on fait un interlude. Quand j’étais gamine j’adorais les interludes, le truc avec une musique de Satie qui te permet de reprendre le temps de vivre…

UN INSTANT POUR MOI ET POUR TOI

On a rencontré Noémie…

Vous ne savez pas encore ce que cela veut dire parce que vous ne l’avez pas rencontrée, comme vous n’avez pas rencontré Marie et Joseph en France qui nous louent leur terrain en attendant qu’on l’achète. Ils avaient une proposition en cash il y a quelques jours, ils ont dit non, pour nous. Vous rencontrerez aussi un jour Lucy, Sam et Steve au Kenya et, Anne Sophie et tous ses amis au Cambodge.

Noémie est une costaricienne et rêve de ce qu’elle vit aujourd’hui depuis vingt ans, elle a commencé il y a deux ans. Elle vient d’avoir 51 ans, on a presque le même âge. Quand on est arrivé chez elle, Gwen m’a dit « Vous êtes faites pour vous entendre ». Je crois qu’elle a raison.

Elle nous a fait faire le tour de son jardin et de sa forêt en deux heures. On est monté dans cet arbre pour se dire que tout restait à faire mais que nous étions d’accord pour partager tout cela. A ce moment là on n’avait encore pas parlé de la Cabane.

UN INSTANT POUR MOI ET POUR TOI

J’ai une page pour vous raconter la suite…

Garder le lecteur en éveil et lui donner envie de savoir ce qu’il va arriver…

Êtes-vous prêt à entendre ce conte. Cette histoire dont on rêve toute sa vie et qui va se réaliser dans quatre pays différents.

Entre temps j’ai enregistré quelques émissions sur les cabanes, la Bretagne et le voyage autour du monde avec Vicky à la radio nationale, elle va m’envoyer les enregistrements, je partagerais. J’ai aussi passé un très beau moment avec quelques uns de ses élèves qui m’ont offert de belles discussions en français. Il y a des gens dans ce pays qui aiment parler notre langue et qui par ce lien nous donnent l’occasion d’être ce que nous sommes. Des êtres de conscience et de vie. Des êtres capables d’analyse et de structure. Des êtres capables d’un choix de vie et de conscientisation.

Je prends l’avion mardi et j’arrive à Paris mercredi… Je vais vivre la Cabane en France tout l’été, j’aimerais pouvoir partir au Cambodge en octobre ou novembre avec les jeunes.

Il était une fois une Cabane au Costa Rica…

Là je voudrais juste vous faire partager ce que j’ai pu photographier dans ce jardin…

Un monde de couleurs, de sons et de lumières. Cette Cabane sera là, on va y faire germer ce que nous sommes, comme partout ailleurs… Avec Noémie, Daniel, Fabien, David, Gwen, Josée, moi et Laki (le chien) et ceux qui voudront partager ce lieu « Lugar » avec nous… On va planter le riz d’ici quinze jours et construire la cabane des volontaires, puis déplacer le poulailler. On va y être ce que nous sommes… Des pierres précieuses…

UN INSTANT POUR MOI ET POUR TOI
UN INSTANT POUR MOI ET POUR TOI
UN INSTANT POUR MOI ET POUR TOI
UN INSTANT POUR MOI ET POUR TOI
UN INSTANT POUR MOI ET POUR TOI
Retour à l'accueil