Julie et Chloé

 

Un après midi d'échanges et de construction pour le projet Cabane en France.

Julie et Chloé sont les instigatrices de ce projet. Elles devraient être rejointes prochainement par deux autres personnes. L'objectif de fin d'année est d'aller sur le lieu où l'on prévoit d'installer le potager et la cabane et de trouver le collège ou le lycée partenaire.

Nous y allons le 19 décembre, pour découvrir cet espace et rencontrer quelques acteurs locaux qui connaissent le projet et qui sont prêts à venir lui donner sa place dans ce territoire riche de citoyens responsables. On va aussi y retrouver Marianne et le projet d'habitat groupé.

On vous fera vivre ce moment.

 

Margot, Mélanie et Violette

 

Pour Margot, Mélanie et Violette, c'est le projet Cabane au Cambodge.

Et la bonne nouvelle, l'association Kep Children et notamment Anne Sophie, que j'avais rencontré lors de mon séjour au Cambodge, ont accepté d'être l'école partenaire pour la Cabane. L'objectif est donc de trouver des animations, et notamment des bols de riz dans des écoles en France pour financer un premier voyage en 2017 et la mise en place du potager là bas, qui servira aussi en attendant la cabane, à nourrir les enfants pris en charge par l'association.

Elles ont trouvé un nom pour leur association, elle s'appellera Romdual. C'est le nom de la fleur officielle. Une sorte de lotus. Il s’agit d’un arbuste haut de 5 à 8 mètres, qui pousse à l’état sauvage dans les plaines du Cambodge, du Laos et du Vietnam. Il est également cultivé, et reste alors d’une plus petite taille ; ses fleurs sont aussi plus petites ; dans ce cas, on parle de « krâvan » (ក្រវាន់). Les fruits du romduol/krâvan sont comestibles.
L’arbuste produit une fleur jaune à trois pétales, très parfumée, qui était traditionnellement mélangée à l’huile du « sâmrong » (សំរោង, Sterculia lychnophora) et à de la cire d’abeille pour parfumer une pâte à lèvres, appelée « krâmuon romduos » (ក្រមួនរំដួស, ក្រមួន signifie « cire »), que les femmes cambodgiennes utilisaient contre les gerçures.
L’huile essentielle de la fleur est fébrifuge et utilisée pour soigner les plaies.

C'est un vrai bonheur de partager ces moments avec ces jeunes. Chacun faisant en fonction de ses activités, mais elles trouvent toujours le temps. Je sais aussi que ces projets leur donne l'occasion de vivre une expérience à laquelle elle tienne. Et que cet engagement est simple, sincère et plein d'humanité.

Merci à elles

 

Et il y a Clémence, Justine, Mathilde et Mélanie qui s'occupent de la Cabane au Kenya.

Voici une photo du futur poulailler, puisque comme nous étions un peu en retard dans la récolte de fond, il était un peu tard pour planter les patates, mais ce n'est que partie remise, il se réalisera dès que possible.

 

Elles ont aussi réalisé une vidéo qui vient présenter leur projet et faire le bilan des premières actions.

Voici le document sur l'association Harambee

Les projets avancent...

Je pars mi-janvier pour le Costa Rica, l'histoire de la quatrième Cabane commence. Elle se vivra sûrement avec des jeunes du Québec. Ils sont éduqués aux projets humanitaires et au bénévolat très jeunes. L'occasion d'apprendre de leur expérience.

 

Avec Pépite on vous fait des bises

Et on continue de rêver...

Retour à l'accueil