Margot, Mélanie et Violette. La "Cabane" au Cambodge.

.

Elles sont les futures conceptrices du projet "Cabane" au Cambodge. Toutes les trois en première L au lycée Charles Péguy (C'est un peu mon vivier pour ce projet) Nous nous sommes rencontrées après une de mes conférence en mai dernier. Elles sont internes et n'ont pu assister qu'à la fin de celle-ci. Elles sont venues me voir et m'ont parlé de leur souhait de particper au projet "Cabanes".

Alors nous nous sommes revues en juin pour voir qu'elles étaient leurs motivations et le temps qu'elles pourraient consacrer au projet. J'ai été impressionnée, une détermination incroyable et nous avons aussi eu des échanges pendant l'été. Hier c'était notre première réunion officielle. Comme elles ont 16 ans, elles vont pouvoir créer leur association. Nous avons commencé par répondre aux questions que Kep Children, notre futur partenaire au Cambodge, nous posait. La "Cabane" au Cambodge vient de prendre forme et un bel esprit.

 

Chloé et Julie. La "Cabane" en France.

.

Elles, je les ai rencontré en 2015, nous avons vécu ce magnifique voyage au Costa Rica avec 6 autres jeunes et Stéphanie la prof de physique.

Chloé a changé de lycée mais m'avait toujours dit qu'elle aimerait participer à un projet comme celui ci. Julie est aussi interne au Lycée Charles Péguy et en ce moment en voyage scolaire au Portugal. Elles sont toutes les deux en Terminale.

Ce sont les futures conceptrices de la "Cabane" en France. Et quand on en parle, même si il y a des similitudes avec les autres projets on sent bien quand même que ça va certainement être le projet le plus difficile à mettre en place. Mais elles vont aussi créer leur association et on cherche un ou une gestonnaire pour venir compléter leur enthousiasme et leurs exigences. La "Cabane" en France se fera très certainement dans les Deux Sèvres, dans l'Argentonais près de Bressuires.

Ces deux groupes commencent en même temps et moi j'irai au Costa Rica fin janvier et pendant trois mois pour m'occuper du projet là bas. J'aimerai mobiliser des jeunes au Québec on devrait y arriver. Pendant ce temps au Kenya les choses avancent aussi mais ça on en parlera dans un autre article.

Hier, en cherchant un cahier où il restait des pages libres pour aller à leur rencontre et participer à ces deux réunions, j'ai retrouvé ces quelques notes que j'avais prise en lisant le livre de Jérôme Bruner :

"L’Education, entrée dans la culture"

Ed. Retz 1996

Alors je partage avec vous quelques extraits de la préface qui accompagnent à merveille la création de ces deux nouvelles associations pour de très belles "Cabanes" en perspectives.

« … Ce que nous décidons de faire à l’école n’a de sens que rapporté à l’ensemble de ce qu’une société entend mettre en œuvre au travers de son investissement éducatif…

…La culture donne forme à l’esprit, celle qui nous procure l’outillage grâce auquel nous construisons, non seulement les univers dans lesquels nous évoluons, mais aussi la conception même que nous avons de nous même et de notre capacité à y intervenir…

… Il me semble en revanche nécessaire que celui qui s’intéresse à l’éducation et à l’apprentissage scolaire le fasse en les replaçant dans leur contexte culturel…

… Apprendre, se souvenir, parler, imaginer : tout cela n’est possible que parce que nous participons à une culture…

… Celle-ci part de la conviction que l’autorité mentale d’un être humain n’est jamais isolée, et qu’elle n’est même jamais menée sans assistance, même lorsqu’elle a lieu « dans notre tête »…

… Tout d’abord l’acte éducatif devrait viser à la compréhension plus qu’à la performance. Comprendre, cela consiste à saisir la place qu’occupe une idée ou un fait dans une structure de savoir plus vaste…

… Mais s’intéresser à la « culture dans l’esprit » ne peut se résumer à adhérer à quelque « école » de psychologie que ce soit. Cela mène en vérité bien au-delà de la psychologie et impose de prendre en compte les travaux des spécialistes des primates, des anthropologues, des linguistes, des sociologues dans la lignée de Emile Durkheim, et même exige de s’intéresser au travail des historiens des écoles des Annales qui se sont attachés à comprendre la manière dont les peuples construisent leurs mentalités respectives…

… C’est essentiellement au travers de nos récits que nous construisons une conception de ce que nous sommes dans l’univers, et c’est au travers des récits qu’une culture fournit à ses membres des modèles d’identité et d’action… »
 

Nous allons vous raconter de belles histoires et nous allons aussi les écrire, même avec quelques fautes d'orthographe.

Education, culture, environnement et paix, ces thèmes seront développés chaque année dans toutes ces "Cabanes" et viendront nous enrichir de nos joies de vivre et de nous rencontrer.

Merci à vous cinq pour cet espoir et cet engagement, merci aussi aux filles de Harembee qui partagent leurs premières expériences pour venir faciliter la création des associations.

 

A bientôt, l'aventure continue et des vies se construisent à travers elle.

Merci à vous.

 

Retour à l'accueil